Re­za sor­ti­lège

Lire - - Théâtre - Par Phi­lippe Alexandre

De­puis une ving­taine d’an­nées, Yas­mi­na Re­za porte haut et loin les cou­leurs du théâtre fran­çais contem­po­rain à tra­vers le monde, et tou­jours avec suc­cès. Cette aven­ture a com­men­cé avec une pièce, Art, qui avait pour­tant tout pour dé­con­cer­ter et même pour dé­cou­ra­ger le pu­blic. Elle met­tait en scène un trio d’amis face à une toile contem­po­raine plus qu’abs­traite puis­qu’elle re­pré­sen­tait, si l’on ose dire, une nappe blanche im­ma­cu­lée.

Le suc­cès, mon­dial, a été d’au­tant plus pro­di­gieux qu’il re­je­tait les in­gré­dients ha­bi­tuels du théâtre : point de ces pas­sions – l’amour ou la haine – qui font vi­brer le pu­blic, point de mots d’au­teur, rien de ce qui mo­bi­lise le monde au­jourd’hui, pas même de re­bon­dis­se­ment ou de drame si­non la que­relle au­tour d’un ta­bleau dans une ga­le­rie. Mais une pe­tite mu­sique ponc­tuée de si­lences.

Par la suite, Yas­mi­na Re­za a re­pris la même re­cette avec un bon­heur in­égal mais tou­jours in­con­tes­té. Sa der­nière pièce, Bel­la Fi­gu­ra, lui a été com­man­dée par le grand met­teur en scène al­le­mand Tho­mas Os­ter­meier. A Pa­ris, au Rond-Point, c’est l’au­teure qui di­rige le jeu. Les per­son­nages font bonne fi­gure: ils évitent les éclats de voix et l’éta­le­ment des sen­ti­ments. Cette Bel­la Fi­gu­ra s’ex­prime sot­to voce. Les co­mé­diens sont un peu plus bri­més que ne l’étaient les Al­le­mands, y com­pris la mer­veilleuse Em­ma­nuelle De­vos pour­tant si ac­cor­dée à la mu­sique de Tche­khov.

Par ailleurs, pour les fêtes, le Théâtre Hébertot offre aux fa­milles une pièce plus ré­jouis­sante : Les Ju­meaux vé­ni­tiens de Gol­do­ni, qui ne ré­pugne ni aux dis­putes, ni aux cris, ni aux co­lères. En France, le dra­ma­turge est im­pro­pre­ment sur­nom­mé le « Mo­lière ita­lien » alors qu’il est loin d’être ce mo­ra­li­sa­teur cruel qu’est l’au­teur des Four­be­ries de Sca­pin, même s’il a lui aus­si toute la verve d’un digne hé­ri­tier de la com­me­dia dell’arte. Ces Ju­meaux bé­né­fi­cient des soins d’un par­fait met­teur en scène, Jean-Louis Be­noît, et de la gaieté bon­dis­sante d’un in­ter­prète, Maxime d’Abo­ville, dou­ble­ment et jus­te­ment ap­plau­di.

Bel­la Fi­gu­ra texte et mise en scène de Yas­mi­na Re­za, Théâtre du Rond-Point, 2 bis, ave­nue Frank­lin D. Roo­se­velt, Pa­ris 8e, du mar­di au sa­me­di à 21 heures, le di­manche à 15 heures, jus­qu’au 31 dé­cembre. Les Ju­meaux vé­ni­tiens de Car­lo Gol­do­ni, mise en scène de

Jean-Louis Be­noît, Théâtre Hébertot, 78 bis, bou­le­vard des Ba­ti­gnolles, Pa­ris 17e, du mar­di au sa­me­di à 21 heures, le sa­me­di à 16h30 et le di­manche à 16 heures, jus­qu’au 31 dé­cembre.

Em­ma­nuelle De­vos dans Bel­la Fi­gu­ra.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.