Pa­trice Le­conte *

Lire - - Dans La Bibliothèq­ue De… Hommages -

Un des pre­miers livres m’ayant mar­qué était Sans fa­mille d’Hec­tor Ma­lot. Cette his­toire d’or­phe­lin m’avait en ef­fet in­fi­ni­ment tou­ché, moi qui fai­sais par­tie d’une fa­mille ai­mante. Dans le même re­gistre, Les Pa­tins d’ar­gent de Ma­ry Mapes Dodge, une autre his­toire mé­lo­dra­ma­tique, m’a beau­coup ému. Pour­tant, je n’avais pas le goût du mal­heur ! La preuve, un peu plus tard, j’ai eu une grande pas­sion pour Mau­rice Le­blanc et les aven­tures d’Ar­sène Lu­pin.

Puis, à l’époque tour­men­tée de l’ado­les­cence, je me suis plon­gé avec dé­lice et ro­man­tisme dans la poé­sie. J’ai lu Apol­li­naire, Eluard, Ja­cob, Vian. Mais ma vraie ré­vé­la­tion a été Ray­mond Que­neau. Il m’éton­nait, me sur­pre­nait, me char­mait. Il n’a, de­puis, ja­mais ces­sé de m’ac­com­pa­gner.

Dans ma vie, d’autres ou­vrages ont in­con­tes­ta­ble­ment comp­té. Te­nez, comme Le Par­fum de Pa­trick Süs­kind. Moi qui suis très sen­sible aux odeurs… Belle du sei­gneur aus­si, a été mar­quant, mais d’une autre ma­nière. Tout le monde m’a conseillé de le lire mais je ne suis ja­mais par­ve­nu à le ter­mi­ner ! J’ai pour­tant es­sayé à plu­sieurs re­prises, sans suc­cès. Je n’en tire ni honte ni gloire, ce n’est sim­ple­ment pas un livre pour moi. D’autres le sont beau­coup plus, comme ceux de Pa­trick Mo­dia­no, de Jean Eche­noz, de Pierre Le­maitre ou de Phi­lippe Jaenada. Chez eux, j’aime sur­tout le style, qui est es­sen­tiel dans le choix de mes lec­tures. Mais ne vous y trom­pez pas : j’ap­pré­cie éga­le­ment les grands ra­con­teurs d’his­toires, comme Dou­glas Ken­ne­dy.

A bien y ré­flé­chir, le plus im­por­tant pour moi en lit­té­ra­ture, c’est de ne pas lire de pa­vés. J’ai beau­coup de mal à m’at­ta­quer à de gros vo­lumes car j’ai l’im­pres­sion de perdre mon temps. Il y a tel­le­ment à dé­cou­vrir ! Jeune, dé­jà, je choi­sis­sais tou­jours les livres de poche mar­qués d’une seule étoile, ce qui in­di­quait qu’ils n’étaient pas trop épais. En même temps, je vou­lais me culti­ver. J’ai cher­ché pen­dant long­temps les ro­mans de Dos­toïevs­ki ou Tol­stoï avec une seule étoile mais je ne les ai ja­mais trou­vés (rires) ! * Le Dic­tion­naire de ma vie (Ke­ro)

Pro­pos re­cueillis par Lou-Eve Pop­per

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.