Té­lé la ques­tion

Té­moi­gnages, an­ni­ver­saires, es­sais et ma­king-of: cet hi­ver, nombre d’ou­vrages font le tour du pe­tit écran. Flo­ri­lège.

Lire - - La Tendance - Hu­bert Ar­tus

Au­jourd’hui sé­vè­re­ment concur­ren­cée par le Web, la télévision est de­ve­nue le re­flet du temps qui passe. Une ma­de­leine, ou, pour­quoi pas, une autre pâ­tis­se­rie en forme de bal­lon rond. La pre­mière émis­sion consa­crée en­tiè­re­ment au foot­ball, Té­lé­foot fut lan­cée le 16 sep­tembre 1977 à 23 h 15. Qua­rante ans et mille sept cents émis­sions dif­fu­sées plus tard, cette grand-messe fait par­tie du pa­tri­moine fran­çais. Mieux qu’un al­bum de sou­ve­nirs, Té­lé­foot, 40 ans com­plè­te­ment foot (So­lar) re­trace l’évo­lu­tion de cette dis­ci­pline et de cette culture dans la so­cié­té fran­çaise. Ar­ri­vé sur les écrans le 3 oc­tobre 1983, l’ov­ni audiovisuel Té­lé­chat de­meure un mythe pour tous les ama­teurs de pro­grammes dé­ca­lés. Sans bou­gies, juste pour le plai­sir : Té­lé­chat (Ta­na) rend hom­mage à ses trois créa­teurs – dont Ro­land To­por – tout en ex­hu­mant ar­chives et se­crets de fa­bri­ca­tion. Quant aux fans de la voix si par­ti­cu­lière de Pa­trick Brion, ils jet­te­ront leur dé­vo­lu sur Ci­né­ma de mi­nuit : 40 ans – 2 000 films (Té­lé­maque), su­perbe livre-mé­moire sur cette émis­sion qui a pré­sen­té deux mille long­smé­trages de­puis le 28 mars 1976, pas­sés en re­vue dans l’ordre chro­no­lo­gique des cycles et oeuvres dif­fu­sés.

Si on chante ( et à rai­son) les louanges des sé­ries amé­ri­caines, la pro­duc­tion hexa­go­nale n’a pas for­cé­ment à rou­gir. Ain­si, alors que les six der­niers épi­sodes étaient ré­vé­lés mi-no­vembre, Un vil­lage fran­çais : Une his­toire de l’Oc­cu­pa­tion de Mar­jo­laine Bou­tet (La Mar­ti­nière) ana­lyse cha­cune des sept sai­sons à l’aune du tra­vail des co­mé­diens, mais aus­si du quo­ti­dien dans la pro- vince fran­çaise prise entre col­la­bos et ré­sis­tants. Plus di­ver­tis­sant, Dix pour cent : Les des­sous d’une sé­rie sur le ci­né­ma (La Mar­ti­nière) si­gné Guillaume Evin est un vé­ri­table ma­king-of du pro­gramme épo­nyme, avec force zooms, té­moi­gnages, cro­quis et notes d’in­ten­tion des dif­fé­rents créa­teurs.

TÉ­LÉ D’UN JOUR TÉ­LÉ TOU­JOURS

La télévision peut aus­si chan­ger la vie d’une per­sonne. On pour­ra le lire avec le té­moi­gnage du Maître de mi­di (Les Arènes): Ch­ris­tian Que­sa­da, re­cord­man mon­dial des vic­toires à un jeu té­lé­vi­sé (193 jours de pré­sence consé­cu­tifs dans Les 12 coups de mi­di sur TF1 entre le 4 juillet 2016 et le 14 jan­vier 2017). Dans ce livre, ce­lui qui a rem­por­té 809392 eu­ros de gains re­trace son par­cours, mais évoque aus­si son ob­ses­sion des mots, des dates, des dic­tion­naires, qui lui ont per­mis de dé­ve­lop­per des tech­niques de prise de notes et un ti­ta­nesque tra­vail de mé­moire. Avant d’être le maître de la culture gé­né­rale, Que­sa­da fut aus­si le grand cham­pion des « Chiffres et des lettres ». Entre les deux, sa vie fut, en ef­fet, acros­tiches (SDF, RSA et ISF) et dé­fis per­son­nels.

En­fin, So­cio­lo­gie de la télévision (La Dé­cou­verte) de Bri­gitte Le Gri­gnou et Erick Ne­veu ana­lyse le pe­tit écran et nos rap­ports à ce­lui-ci. Un es­sai sin­gu­lier, ra­dio­gra­phiant l’évo­lu­tion des pro­fes­sions en ce do­maine, les chan­ge­ments tech­no­lo­giques et leurs consé­quences sur la dé­mo­cra­ti­sa­tion de cet « ob­jet de per­sua­sion mas­sive » . Sans ou­blier de se pen­cher sur la « peo­po­li­sa­tion » des pla­teaux ou en­core l’em­prise du « vu à la té­lé » sur tous les pu­blics. At­ten­tion, ne zap­pez pas !

La télévision, cet « ob­jet de per­sua­sion mas­sive »

Ch­ris­tian Que­sa­da.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.