Ha­sard ?

Lire - - Théâtre - Le Jeu de l’amour et du ha­sard, dans un dé­cor mi­né­ral et vé­gé­tal. Théâtre de la Porte-Saint-Mar­tin, Pa­ris 10e ; du mar­di au ven­dre­di à 20 heures, le sa­me­di à 17 heures et 20 h 30, le di­manche à 16 heures.

près Le Bour­geois gen­til­homme et Les Femmes sa­vantes, Ca­the­rine Hie­gel s’at­telle au Jeu de l’amour et du ha­sard de Ma­ri­vaux – que l’ex-so­cié­taire de la Co­mé­die-Fran­çaise connaît sur le bout des doigts… De quoi s’agit-il ? D’un ma­gis­tral chas­sé-croi­sé amou­reux où, en rai­son d’un chan­ge­ment de cos­tume, l’un en ai­me­ra une autre, qui n’est pas celle qu’il croit. Dans l’exact même temps, cette même his­toire est ré­pé­tée en mi­roir, avec deux autres per­son­nages.

Écrit sur un mode tra­gi­co­mique et dans une langue au style étin­ce­lant, Le Jeu de l’amour et du ha­sard, au­quel l’in­trigue fon­dée sur le tra­ves­tis­se­ment ap­porte un in­com­pa­rable sup­plé­ment de grâce, ne cesse d’en­chan­ter les pu­blics de­puis sa créa­tion à Pa­ris, en 1730. Ce pe­tit chefd’oeuvre rem­por­te­ra en­core une fois un triomphe. Non seule­ment parce qu’il est joué dans un élé­gan­tis­sime dé­cor mi­né­ral et vé­gé­tal, mais aus­si parce qu’il est mis en scène, avec sen­si­bi­li­té et acui­té, par la grande Ca­the­rine Hie­gel. Ce Jeu est aus­si por­té par des ac­teurs sen­sa­tion­nels – Laure Ca­la­my (Li­sette) et Ni­co­las Mau­ry (Do­rante) en tête.

Après neuf ans d’ab­sence, Di­dier Bour­don est de re­tour sur les planches. Et dans un double rôle taillé à sa (dé-)me­sure. Dans Les In­sé­pa­rables, écrit par Sté­phan Ar­chi­nard et Fran­çois Pré­vôtLey­go­nie (le duo d’Ami­tiés sin­cères), il in­carne à la fois Sa­muel Or­si­ni, ban­quier fou amou­reux d’une ar­tiste en vogue dans les an­nées 1960 (Va­lé­rie Kar­sen­ti), et Ga­briel Or­si­ni, son pe­tit-fils de­ve­nu peintre afin d’échap­per à la fi­nance. Au dé­but de la pièce, Ga­briel, qui n’a pas tou­ché un pin­ceau de­puis des lustres pour cause de dé­pres­sion, se dé­couvre pro­prié­taire d’un su­blime ate­lier au coeur de Mont­par­nasse. Mais d’où lui vient cet hé­ri­tage ?

Dans ce drame psy­cho­lo­gique, l’exIn­con­nu est im­pec­cable. De drô­le­rie, d’émo­tion. Qu’il joue les amou­reux, face à Va­lé­rie Kar­sen­ti, ou les ar­tistes atra­bi­laires de­vant son ga­le­riste confi­dent, Thier­ry Fré­mont. Et mal­gré un pro­blème de rythme et quelques pas­sages un peu ba­vards, Les In­sé­pa­rables s’avère cap­ti­vant. Grâce à son thème, ce­lui de la trans­mis­sion et de la fi­lia­tion. Grâce à ses in­ter­prètes aus­si, fi­ne­ment di­ri­gés par La­dis­las Chol­lat.

de Ma­ri­vaux, mise en scène de Ca­the­rine Hie­gel ; de Sté­phan Ar­chi­nard et Fran­çois Pré­vôt-Ley­go­nie ;

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.