MA­GA­ZINE

Lire - - Sumario - Hu­bert Ar­tus

Il faut dé­ci­dé­ment sur­veiller de près tous les au­teurs qui, avant de voir leurs oeuvres dis­po­nibles en ob­jets « pa­pier » dans les librairies, ont ten­té leur chance en ligne. À l’image d’Agnès Mar­tin-Lu­gand et d’Au­ré­lie Va­lognes [voir page 26], Vir­gi­nie Gri­mal­di a d’abord été re­pé­rée sur la Toile. Lau­réate en 2014 du concours de nou­velles or­ga­ni­sé chaque an­née par le site au­fe­mi­nin.com (opé­ra­tion qui cou­ron­na, dans un autre genre, Oli­vier No­rek), cette Bor­de­laise – au­jourd’hui qua­dra­gé­naire – pu­blia en­suite son pre­mier ro­man : Le

pre­mier jour du reste de ma vie qui, au fil des ré­édi­tions, s’est écou­lé à près de deux cent mille exemplaires. Dé­sor­mais, elle en­chaîne les livres, au rythme d’un par an : Tu com­pren­dras quand tu se­ras plus grande, Le par­fum du bon­heur est plus fort sous la pluie et Il est grand temps de ral­lu­mer

les étoiles (Fayard) qui pa­raît ce mois-ci. Avec son titre clin d’oeil à un vers de Guillaume Apol­li­naire, ce nou­veau ro­man dé­bute de guerre lasse : An­na, 37 ans, croule sous les dettes et se fait li­cen­cier. Ses filles – Ch­loé, 17 ans, et Li­ly, 12 ans – fan­tasment une vie dont elles n’ont plus les moyens. Pro­vo­quant le des­tin, la mère dé­cide d’em­bar­quer ses deux ados en cam­ping-car. Di­rec­tion la Scan­di­na­vie. Au re­tour, la vie n’au­ra pas chan­gé, mais elles, si. Un ro­man cho­ral où Vir­gi­nie Gri­mal­di montre (à nou­veau) un po­ten­tiel qui vaut mieux que l’éti­quette feel-good. Ce qui ne si­gni­fie pas que l’on n’a pas le droit de se faire du bien…

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.