HIS­TOIRE

Ti­mo­thy TACKETT L’his­to­rien dé­cor­tique mé­tho­di­que­ment l’en­gre­nage qui me­na au ter­ro­risme, pro­po­sant une lec­ture aty­pique de la Ré­vo­lu­tion fran­çaise.

Lire - - Sumario - Marc Ri­glet

Ti­mo­thy Tackett est un his­to­rien, connu et re­con­nu comme l’un des plus grands spé­cia­listes de la Ré­vo­lu­tion fran­çaise. Outre sa connais­sance ap­pro­fon­die de la pé­riode, sa maî­trise des sources et sa clar­té d’ex­po­si­tion, le pro­fes­seur amé­ri­cain offre une autre ver­tu. Il s’élève au-des­sus de la que­relle – le mot est faible – op­po­sant les his­to­riens fran­çais dans la li­gnée des Ma­thiez et So­boul, qui font de la Ré­vo­lu­tion un « bloc » , et les te­nants de Fran­çois Fu­ret qui dis­tinguent deux Ré­vo­lu­tions : la bonne, celle de 1789, et la mau­vaise, celle de 1793, dans la­quelle on de­vrait lire la ma­trice des to­ta­li­ta­rismes fu­turs.

DE LA CRAINTE ET DES TRA­HI­SONS

Pour au­tant, Ti­mo­thy Tackett ne se dé­robe pas de­vant la ques­tion. La Ter­reur est- elle le pro­duit des cir­cons­tances, une pa­ren­thèse et une ré­ponse aux pé­rils in­té­rieurs et ex­té­rieurs que court la Ré­vo­lu­tion, ou bien est- elle consub­stan­tielle à l’idéo­lo­gie ré­vo­lu­tion­naire, vouée en somme, par na­ture, à ex­ter­mi­ner ses en­ne­mis et à dé­vo­rer ses en­fants ? En s’ap­puyant sur des sources re­nou­ve­lées, l’his­to­rien tranche moins entre ces deux « écoles » qu’il ne les com­pose avec calme dans son Ana­to­mie de la Ter­reur. Les sources d’abord. Ti­mo­thy Tackett a ras­sem­blé des cor­res­pon­dances de té­moins se­con­daires et, di­sons, or­di­naires des évé­ne­ments. L’air du temps, l’at­mo­sphère, les es­pé­rances et les craintes, les pas­sions et les ten­sions sont ain­si re­cons­ti­tués avec bon­heur et éclairent le pro­ces­sus qui conduit à la Ter­reur. Celle- ci ap­pa­raît comme le pro­duit d’un en­gre­nage en­clen­ché sous le double ef­fet de la crainte, pro­vo­quée par les tra­hi­sons, et de la mon­tée aux ex­trêmes des sec­tions pa­ri­siennes. La crainte de la tra­hi­son n’est pas ima­gi­naire. La Fayette, Du­mou­riez ou Mi­ra­beau l’at­testent. « La Ter­reur à l’ordre du jour » est un fait. Ce n’est pas une po­li­tique : elle est une cruau­té dé­bri­dée au­tant qu’une crainte ob­si­dio­nale. Même les pa­ra­noïaques ont des en­ne­mis ! Un grand livre.

Ana­to­mie de la Ter­reur (The Co­ming of the Ter­ror in the French Re­vo­lu­tion) par Ti­mo­thy Tackett,tra­duit de l’an­glais (États-Unis) par Serge Chas­sagne, 480 p., Seuil, 26 E

Vic­times de la Ter­reur, aqua­relle d’Étienne Bé­ri­court, 1793

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.