DANS LA BIBLIOTHÈQUE DE... Alice Pol

Lire - - Sumario -

Égé­rie, entre autres, de Da­ny Boon (Su­per­con­driaque, Raid dingue), la co­mé­dienne fran­çaise en­chaîne les suc­cès au ci­né­ma*. À l’oc­ca­sion du der­nier Fes­ti­val du film po­li­cier de Beaune – où elle était membre du ju­ry –, elle nous a fait part des livres de sa vie.

« Comme beau­coup d’éco­liers de ma gé­né­ra­tion, j’ai ap­pris à ai­mer les livres en com­pa­gnie de Mar­cel Pa­gnol. Avec La Gloire de mon père, puis Le Châ­teau de ma mère. Comme j’ai gran­di dans la ré­gion de Mar­seille, il y a chez lui quelque chose de cultu­rel qui me touche… Mais l’ou­vrage de Pa­gnol que je pré­fère est sans nul doute Jean de Flo­rette, que j’ai dé­cou­vert vers 14 ans. Der­rière un su­jet simple, il livre quelque chose d’uni­ver­sel, qui en dit long sur la na­ture hu­maine. »

« Ma mère se­rait fu­rieuse si elle m’en­ten­dait, mais je dois avouer que j’étais très mau­vaise à l’école. Une des rares ma­tières qui m’in­té­res­sait, c’était le fran­çais. C’est grâce à cette dis­ci­pline que j’ai pu lire La Prin­cesse de Clèves de Ma­dame de La­fayette. J’ai eu la chance de tom­ber des­sus au bac, d’ailleurs [rires]. J’aime ce ro­man, no­tam­ment dans sa ma­nière de mon­trer ce qu’est vé­ri­ta­ble­ment un sa­cri­fice. »

« Mon père m’a ini­tiée très tôt à la bande des­si­née. Par­mi tous les al­bums que j’ai re­çus de sa part, il y a les aven­tures de Quick et Flupke. Je dois avoir la col­lec­tion com­plète. J’ai im­mé­dia­te­ment adhé­ré à cette fa­çon de ra­con­ter des his­toires, et, pen­dant des an­nées, j’ai sys­té­ma­ti­que­ment de­man­dé à mon père qu’il m’en rap­porte. Tin­tin, aus­si, j’en suis fan. Et Blake et Mor­ti­mer. »

« Je n’ou­blie­rai ja­mais ma dé­cou­verte de Dou­glas Ken­ne­dy avec son pre­mier ro­man, Piège nup­tial. J’étais en Corse, et je n’ar­ri­vais pas à le lâ­cher. Il fal­lait que je le fi­nisse coûte que coûte, au plus vite. Une telle sen­sa­tion, c’est rare. Tout l’in­verse de Poil de ca­rotte, de Jules Re­nard. Sa lec­ture fut une pu­ni­tion car les per­son­nages m’hor­ri­pi­laient. Et pour­tant, je suis bien consciente que c’est un clas­sique… »

« Ré­cem­ment, j’ai ado­ré Amours de Léo­nor de Ré­con­do. Je suis tom­bée des­sus un peu par ha­sard, car je ne lis pas – je ne de­vrais pas vous dire ça [rires] – les cri­tiques sur les livres, ni sur au­cune oeuvre en gé­né­ral. C’est moins le pro­pos en tant que tel qui m’a tou­chée que l’écri­ture sen­suelle de l’au­teure et sa ma­nière de com­po­ser les per­son­nages. Main­te­nant, je vais en­chaî­ner avec le der­nier ro­man de Va­lé­rie Per­rin, Chan­ger l’eau des fleurs. Je suis sûre qu’il se­ra bien ! »

Pro­pos re­cueillis par Bap­tiste Li­ger

* En salle le 30 mai : Je vais mieux, de Jean-Pierre Amé­ris, d’après le ro­man de Da­vid Foenkinos

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.