Mo­ha­med Mbou­gar Sarr Pa­ra­doxe iden­ti­taire

Le jeune au­teur ana­lyse ici en pro­fon­deur la so­cié­té sé­né­ga­laise et les contra­dic­tions qui sont les siennes.

Lire - - À Suivre… Radio/télé - Bap­tiste Li­ger (avec Gla­dys Ma­ri­vat)

At­ten­tion, graine de star. Il y a quelques mois, on vous an­non­çait la pa­ru­tion du troi­sième ro­man, De purs hommes, de ce brillant au­teur sé­né­ga­lais quatre fois pri­mé à seule­ment 28 ans. Comme dans Terre ceinte – sur le dji­ha­disme au Sa­hel – et Si­lence du choeur – ima­gi­nant l’ar­ri­vée de mi­grants dans un vil­lage si­ci­lien –, Mo­ha­med Mbou­gar Sarr part de l’ac­tua­li­té : l’épi­neuse ques­tion de l’ho­mo­sexua­li­té au Sé­né­gal, pays ma­jo­ri­tai­re­ment mu­sul­man. Vif, pré­cis et sym­bo­lique, son style nous happe dès l’abord.

L’ou­ver­ture nous plonge dans une vi­déo vi­rale qui tourne sur le Web. Pla­cés dans une po­si­tion de voyeurs, aux cô­tés de Ndé­né Gueye – le nar­ra­teur –, nous re­gar­dons une foule ou­vrir une tombe et ti­rer le ca­davre d’un homme hors du ci­me­tière. Sa faute ? Être un góor-ji­géen. Com­pre­nez un « homme-femme » – terme pé­jo­ra­tif qui dé­signe les ho­mo­sexuels. L’af­faire rat­trape Ndé­né à l’uni­ver­si­té où il en­seigne les lettres. Crai­gnant un em­bra­se­ment de l’opi­nion pu­blique, le gou­ver­ne­ment sé­né­ga­lais a in­ter­dit d’en­sei­gner les écrivains « cri­mi­nels ». Ses élèves cri­tiquent alors son cours sur Ver­laine, tan­dis qu’un col­lègue le met en garde. Han­té par ces images, in­tri­gué par ce que cette agi­ta­tion ré­vèle des non- dits de la so­cié­té sé­né­ga­laise, Ndé­né se lance dans une pas­sion­nante en­quête : il entre en contact avec la mère du dé­funt, puis de­mande à son propre père, très pieux, ce qu’il au­rait fait si ce góor-ji­géen avait été son fils. Une ren­contre dé­ter­mi­nante se fe­ra avec Sam­ba Awa. Un tra­ves­ti qui, loin d’être dis­cri­mi­né, est très de­man­dé dans les sa­bar, fêtes tra­di­tion­nelles où il of­fi­cie comme maître de cé­ré­mo­nie…

Car, évi­dem­ment, il suf­fit à Ndé­né de creu­ser un peu pour com­prendre que rien n’est simple. Il y a ceux qui disent que l’ho­mo­sexua­li­té est un crime « ignoble » im­por­té d’Oc­ci­dent, mais il y a aus­si ceux qui rap­pellent que les ho­mo­sexuels étaient au­tre­fois plus que to­lé­rés : ils jouaient en ef­fet un rôle im­por­tant dans la so­cié­té sé­né­ga­laise. Non, dé­ci­dé­ment, rien n’est simple dans De purs hommes. Y com­pris les sen­ti­ments pro­fonds de cha­cun. Dé­pas­sant la seule ques­tion de l’iden­ti­té mas­cu­line, bous­cu­lant les idées re­çues avec in­tel­li­gence et fi­nesse. Mo­ha­med Mbou­gar Sarr : c’est notre homme !

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.