Mon­sieur le Pré­sident, je vous fais une lettre…

Entre pam­phlet et dé­non­cia­tion vi­ru­lente, le der­nier livre de Yann Moix reste fi­dèle à son tem­pé­ra­ment.

Lire - - L’événement -

Osons l’écrire : il y a dans De­hors quelque chose de Ber­na­nos, de Pé­guy et du Roth de Tri­card Dixon et ses co­pains (pam­phlet dro­la­tique trop méconnu où l’au­teur de Port­noy et son com­plexe écra­bouillait Nixon et ses mi­nistres). Dans sa longue lettre ou­verte à notre pré­sident, Moix, lui, prend comme pun­ching­balls Ma­cron mais aus­si Florence Par­ly, Édouard Phi­lippe et Gérard Col­lomb, « le Ja­vert ca­co­chyme ». Il a, comme dans cha­cun de ses livres, des mor­ceaux de bra­voure où son in­ven­ti­vi­té ver­bale et sa verve co­mique font mouche. Sur le fond, on pour­rait pi­nailler sur plu­sieurs points, dont ce­lui- ci : on sait que Moix doit beau­coup à Ber­nardHen­ri Lé­vy, mais n’est-il pas un peu lé­ger de dé­plo­rer la crise li­byenne sans dire un mot du­dit BHL, qui en est en grande par­tie res­pon­sable ? Si Pé­guy écri­vait que « le kan­tisme a les mains pures, mais il n’a pas de mains », faut-il en dire au­tant du moixisme ? Non. De­hors ne se li­mite pas à l’exer­cice de style, à la spé­cu­la­tion hors-sol. De nom­breuses pages font froid dans le dos. Et dans ses di­gres­sions qui ne sont dé­li­rantes qu’en ap­pa­rence, Moix lève de vrais lièvres et dé­friche des parts de vé­ri­té qu’un dis­cours plus sen­sé ne tou­che­rait pas – comme quand il re­prend à son compte la « mys­tique de l’exi­lé » du pape Fran­çois. Et c’est ain­si que Moix est grand ! L.-H.L.R.

HHHHI De­hors par Yann Moix, 368 p., Gras­set, 20 E. En li­brai­rie le 6 juin.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.