UNE HIS­TOIRE AMÉ­RI­CAINE

Lire - - Con­tents - JO­SYANE SA­VI­GNEAU

JOSYANE SAVIGNEAU

Cer­tains l’aiment Jo

Jane Smi­ley, ro­man­cière re­con­nue, Prix Pu­lit­zer 1992, membre de l’Aca­dé­mie amé­ri­caine des arts et des lettres, a en­tre­pris, en 2014, à 65 ans, une énorme tri­lo­gie réunie sous le titre Un siècle amé­ri­cain. Ri­vages pu­blie le deuxième tome, Nos ré­vo­lu­tions, après Nos pre­miers jours, en 2016, et ré­édi­té en poche, tous deux ma­gni­fi­que­ment tra­duits par Ca­rine Chi­che­reau – six cents pages pour le pre­mier, sept cents pour le deuxième.

Pa­ra­doxa­le­ment, il vaut mieux ne pas ai­mer les sa­gas fa­mi­liales au sens tra­di­tion­nel du terme pour ap­pré­cier cette plon­gée dans une fa­mille amé­ri­caine. Cer­tains lec­teurs de Nos pre­miers jours di­saient s’être en­nuyés, n’avoir pas bien com­pris le pro­jet de Smi­ley. Car elle dé­coupe son ré­cit an­née par an­née, met­tant l’ac­cent sur tel ou tel membre de la fa­mille. C’est un peu comme si chaque cha­pitre était une pe­tite nou­velle, avec des pro­ta­go­nistes qui se croisent, des his­toires qui se font et se dé­font. Et c’est tout l’in­té­rêt de cette construc­tion am­bi­tieuse, mi­nu­tieuse, dans la­quelle on se perd par­fois, avant de se re­por­ter à l’arbre gé­néa­lo­gique fi­gu­rant dans le vo­lume.

Tout com­mence en 1920 lorsque Wal­ter Lang­don, re­ve­nu de la Grande Guerre, épouse Ro­san­na Vo­gel et de­vient fer­mier dans l’Io­wa. Très vite, ils ont un fils, Frank, puis Joe, Ma­ry Eli­za­beth – qui meurt à 3 ans, d’une chute pen­dant un orage –, Lillian, Hen­ry, Claire. Dans Nos pre­miers jours, on suit la fa­mille jus­qu’en 1953. Le dur quo­ti­dien de la ferme, une nou­velle guerre mon­diale, le mac­car­thysme, le pas­sage d’une agri­cul­ture de pe­tites fermes à la cul­ture in­ten­sive. Frank, qui est le per­son­nage le plus fort de la fra­trie, s’en­gage dans l’ar­mée et com­bat du­rant la Se­conde Guerre mon­diale avant de de­ve­nir homme d’af­faires et d’épou­ser An­dy. Joe re­prend l’ex­ploi­ta­tion fa­mi­liale. Lillian s’en­fuit avec Ar­thur, plus âgé qu’elle et tra­vaillant pour la CIA. Hen­ry va de­ve­nir uni­ver­si­taire. Claire, en­core ado­les­cente en 1953, vit à la ferme avec ses pa­rents.

Nos ré­vo­lu­tions s’ouvre en 1953 avec l’en­ter­re­ment du père, Wal­ter, et se clôt en 1986. Hor­mis Hen­ry, tous les frères et soeurs vont avoir des en­fants, puis des pe­tit­sen­fants. Mais la vie n’est pas un conte de fées. Dès 1956, An­dy, mal­heu­reuse en ma­riage, va cinq fois par se­maine chez le psy. Elle en ver­ra plu­sieurs, dont un Dr Smith to­ta­le­ment lou­foque. Même si cer­tains, comme Lillian, ne prennent pas le temps de lire les jour­naux, les évé­ne­ments ar­rivent à eux, no­tam­ment à elle, avec son es­pion de ma­ri. La Hon­grie en 1956, l’af­faire du ca­nal de Suez, plus tard la baie des Co­chons, puis la guerre du Viêt­nam où elle per­dra son fils Tim. C’est là tout l’art de Jane Smi­ley : mon­trer cha­cun, en­glué dans ses pro­blèmes quo­ti­diens, croyant ain­si échap­per à l’His­toire, sans comprendre qu’elle nous rat­trape tou­jours. En 1957, Joe, tout en se­mant le maïs, s’in­ter­roge sur ce qu’annonce le lan­ce­ment du Spout­nik : le té­les­co­page de deux mondes. 1960 : un nou­veau pré­sident, ca­tho­lique. As­sas­si­né trois ans plus tard. En 1968, c’est le tour du frère, Bob­by Ken­ne­dy, et de Mar­tin Lu­ther King. Puis les en­fants de la fa­mille ma­ni­festent contre la guerre du Viêt­nam. Ar­thur, tou­jours à la CIA, est de plus en plus an­gois­sé. Claire se ma­rie avec Paul, mais elle di­vor­ce­ra. Hen­ry n’a pas de pe­tite amie. Les lec­teurs ont com­pris avant lui qu’il pré­fère les gar­çons. Et voi­là que cer­tains, à la fin des an­nées 1970, sont ten­tés par les sectes.

Il n’est pas né­ces­saire d’être amé­ri­cain pour se pas­sion­ner pour cette fa­mille, ses joies, ses deuils, ses in­ter­ro­ga­tions sur l’iden­ti­té et la trans­mis­sion.

Pa­ra­doxa­le­ment, il vaut mieux ne pas ai­mer les sa­gas fa­mi­liales

HHHHI Nos ré­vo­lu­tions (Ear­ly War­ning) par Jane Smi­ley, tra­duit de l’an­glais (États-Unis) par Ca­rine Chi­che­reau, 700 p., Ri­vages, 24,50 E

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.