MIKE NICOL.

Le Cap confi­den­tiel

Lire - - En Couverture - Ch­ris­tine Fer­niot

Plus po­li­tique que Roger Smith, moins sen­ti­men­tal que Deon Meyer, Mike Nicol est lui aus­si un ob­ser­va­teur im­pi­toyable de l’Afrique du Sud. Po­wer Play com­mence par une pé­ta­ra­dante guerre des gangs où les en­fants ne sont qu’une mon­naie d’échange comme une autre. Un jour, on tue le fils d’un chef, le len­de­main, les re­pré­sailles ne sont guère plus tendres. Au centre se tient Kris­ta, une pa­tronne d’agence de sé­cu­ri­té ré­ser­vée aux femmes. Entre deux fu­sillades ar­rivent des Chi­nois qui veulent in­ves­tir, des Russes qui ca­ressent leurs armes plus que leurs femmes, et tout ce beau monde cherche à do­mi­ner le « Po­wer Play » qui mène le monde de­puis Caïn et Abel.

Ce qui pour­rait res­sem­bler à un po­lar de plus sur la vio­lence sud-afri­caine gagne en ori­gi­na­li­té par la pré­sence de trois femmes puis­santes : Kris­ta et ses an­goisses bien cor­ri­gées, La­vi­nia, l’en­fant gâ­tée qui ne manque pas de poigne, et Ta­mo­ra, reine du gang des Mon­gols d’une bru­ta­li­té in­son­dable. Dans cet uni­vers sans humanité, elles ap­portent un sem­blant d’in­tel­li­gence. Un ro­man me­né sans état d’âme, mais avec un sens du rythme et du dia­logue ex­plo­sif.

HHHHI Po­wer Play (id.) par Mike Nicol, tra­duit de l’an­glais (Afrique du Sud) par Jean Esch, 384 p., Le Seuil/Cadre Noir, 22 E

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.