Une vie ro­maine

Édi­teur au Seuil entre autres d’Édouard Louis, cet au­teur pro­li­fique livre une biographie en de­mi-teinte d’El­sa Mo­rante.

Lire - - L’événement - Re­né de CEC­CAT­TY

Elle es­pé­rait qu’au­cun bio­graphe ne s’in­té­resse à sa vie. Et, avec un brin de co­quet­te­rie, te­nait les bio­gra­phies lit­té­raires pour rien de plus qu’une « suite de po­tins ». Ul­tra-cé­lèbre en Ita­lie mais peu lue dans l’Hexa­gone, El­sa Mo­rante est pour­tant l’une des plus grandes écri­vaines que la Botte ait connues au xx siècle. Vingt-sept ans après sa mort, on cesse en­fin de la pré­sen­ter comme l’épouse d’Al­ber­to Mo­ra­via. Avec La Sto­ria, une grande fresque de près de mille pages, elle a mar­qué l’his­toire du ro­man ita­lien. Aus­si était- il temps qu’une biographie fran­çaise mette en lu­mière cette oeuvre té­né­breuse et exal­tée, tein­tée de ba­roque et de réa­lisme fan­tas­ma­go­rique. Pour s’at­te­ler à la tâche, Re­né de Cec­cat­ty était un can­di­dat idéal. Ita­lo­phile de longue date, dé­jà au­teur d’une im­po­sante biographie d’Al­ber­to Mo­ra­via, le ro­man­cier, (par ailleurs tra­duc­teur de l’ita­lien – et du ja­po­nais) et édi­teur au Seuil, connaît bien le mi­lieu ar­tis­tique et lit­té­raire dans le­quel gra­vi­ta la ro­man­cière.

UNE MA­TU­RI­TÉ LIT­TÉ­RAIRE PRÉ­COCE

Son livre dresse le por­tait d’une femme de lettres in­sou­mise et so­li­taire. Née en 1912 d’une mère ins­ti­tu­trice et d’un père em­ployé des postes, mais re­con­nue par son beau- père édu­ca­teur, El­sa Mo­rante a gran­di à Tes­tac­cio, un quar­tier po­pu­laire de Rome. Éle­vée dans l’in­cer­ti­tude quant à l’iden­ti­té de son père bio­lo­gique, elle écrit de­puis l’âge de 10 ans, té­moi­gnant d’une ma­tu­ri­té lit­té­raire pré­coce. À peine ma­jeure, elle quitte le gi­ron fa­mi­lial et com­mence à se faire un nom en si­gnant de nom­breux ar­ticles et nou­velles dans la presse. En 1948, elle pu­blie son pre­mier grand ro­man, Men­songe et Sor­ti­lège, cou­ron­né par le prix Via­reg­gio ( l’équi­valent du Gon­court). C’est le dé­but d’une car­rière qui lui as­sure une place à part en­tière dans l’in­tel­li­gent­sia ro­maine. Elle voyage à tra­vers le monde et tombe fol­le­ment éprise d’un cer­tain Bill Mor­row, jeune peintre ho­mo­sexuel qui met­tra fin à ses jours en sau­tant d’un gratte-ciel. Re­né de Cec­cat­ty re­trace le par­cours tu­mul­tueux de cette exis­tence com­plexe et in­tran­quille. Dom­mage seule­ment que son ré­cit, pas­sion­nant dans les faits mais touf­fu et un peu em­brouillé, manque par­fois de dis­tance et de flui­di­té.

Es­telle Le­nar­to­wicz

HHIII El­sa Mo­rante. Une vie pour la lit­té­ra­ture par Re­né de Cec­cat­ty, 432 p., Tal­lan­dier, 21,90 E

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.