Les coups du des­tin

Lire - - Littératur­eétrangère -

Georg s’est ef­fon­dré dans la salle de bains. Sa femme, El­li­nor, est la nar­ra­trice du ma­gni­fique Quelle n’est pas ma joie. La dis­pa­ri­tion de son ma­ri, elle la ra­conte à An­na qui n’est plus de ce monde. D’ori­gine ita­lienne, An­na était « la légèreté in­car­née ». Pre­mière épouse de Georg, elle a eu avec lui des ju­meaux, au­jourd’hui adultes. À l’époque, El­li­nor vi­vait avec Hen­ning. Les deux couples se fré­quen­taient. Et puis il y a eu ce sé­jour à quatre dans les Do­lo­mites. Une ava­lanche qui a chan­gé le cours des choses… Jens Ch­ris­tian Grøn­dahl est un écrivain sub­til en diable. L’au­teur de Si­lence en octobre parle comme per­sonne des aléas de la vie. De ce que l’on su­bit. De ce que l’on construit.

Alexandre Fillon

HHHII Quelle n’est pas ma joie (Tit er jeg glad) par Jens Ch­ris­tian Grøn­dahl, tra­duit du da­nois par Alain Gnae­dig, 150 p., Gal­li­mard, 15 E

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.