Mise au vert

Alain COR­BIN Un nou­veau vo­let de l’his­toire sen­so­rielle de l’au­teur, qui s’est pen­ché cette fois-ci sur l’em­blème de la na­ture : l’herbe.

Lire - - Sciences / Nature - Bap­tiste Li­ger

Notre connais­sance de la na­ture est certes une af­faire de ré­vé­la­tions scien­ti­fiques, mais aus­si d’ex­pé­riences sen­so­rielles, pas for­cé­ment di­rectes. Au fil des livres, l’his­to­rien Alain Cor­bin l’a dé­mon­tré, et ce, dans bien des do­maines : le si­lence, le temps qu’il fait ou les vé­gé­taux. À ce titre, après avoir plan­ché sur les arbres dans La Dou­ceur de l’ombre, il nous livre au­jourd’hui le fruit de sa ré­flexion sur la quin­tes­sence de la na­ture : l’herbe. Con­si­dé­rant qu’elle n’est au­jourd’hui per­çue que comme « un vague spec­tacle de ver­deur », cet amou­reux des pay­sages nous pro­pose, avec La Fraî­cheur de l’herbe, de re­ve­nir aux sources du mot (au sin­gu­lier ou au plu­riel) et de ses dé­ri­vés – le brin, le pré, la prai­rie, la pe­louse… Ex­plo­rant son his­toire es­sen­tiel­le­ment à tra­vers la vi­sion des écrivains – avec force ci­ta­tions (Hu­go, La­mar­tine, Gio­no, Bon­ne­foy, Jac­cot­tet…) –, Cor­bin montre en quoi l’herbe est tan­tôt émo­tion­nel­le­ment as­so­ciée à la créa­tion, tan­tôt à la mort ou à la for­ni­ca­tion. Il n’ou­blie pas de s’at­tar­der sur le « pe­tit monde » qui vit en har­mo­nie avec celle qui, au fond, n’est que l’ « image de la tran­si­ti­vi­té de l’homme ».

HHHII La Fraî­cheur de l’herbe. His­toire d’une gamme d’émo­tions de l’An­ti­qui­té à nos jours par Alain Cor­bin, 244 p., Fayard, 19 E

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.