La croi­sée des viandes

Co­line PIERRÉ et Loïc FROISSART - Jean-Claude MOURLEVAT - Jacques AN­DRÉE Trois ouvrages qui traitent, non sans es­piè­gle­rie, des dé­bats so­cié­taux sur notre rap­port à l’ani­mal et à notre ali­men­ta­tion.

Lire - - Jeunesse - Ra­phaëlle Botte

Pe­tit Pou­cet, ton sa­lut est ar­ri­vé ! Dans l’al­bum Le jour où les ogres ont ces­sé de man­ger des en­fants, les frayeurs an­ces­trales sont convo­quées et les contes d’hier ré­sonnent. Sur la pre­mière page, un bon­homme aux formes gé­né­reuses et au sou­rire per­vers s’étale joyeu­se­ment. Dans le pa­nier de son vé­lo, un en­fant… prêt à être dé­vo­ré ! Quel est donc ce temps si ar­chaïque ? L’au­teure, Co­line Pierré, s’en amuse : les ogres tombent ma­lades à force de man­ger des en­fants. Le chan­ge­ment d’ali­men­ta­tion est vi­tal. Un peu comme en… 2018 ! Comment se nour­rir sans s’em­poi­son­ner ? Pas fa­cile pour ces ogres de de­ve­nir vé­gé­ta­riens, ils n’ont plus qu’à re­gar­der les en­fants jouer dans leurs éle­vages ! Que faire d’eux main­te­nant ? Un vé­ri­table débat de so­cié­té dé­boule avec hu­mour dans ces qua­rante pages. Que de­vien­draient les bons gros boeufs si on ne les man­geait plus ?

À sa fa­çon, Jean-Claude Mourlevat ré­pond à la ques­tion avec ma­lice dans Jef­fer­son, son nou­veau ro­man : les ani­maux vi­vraient tout sim­ple­ment leur vie ! Dans ce polar, Jef­fer­son, un hé­ris­son, en­quête sur un meurtre dont il est in­jus­te­ment ac­cu­sé. Il se re­trouve à voya­ger chez les hu­mains et su­bit leur hu­mour gras. « Nous avons bien en­ten­du veillé à ce que vous n’ayez pas de mau­vaises sur­prises dans vos as­siettes, n’est-ce pas ? Ha ha ha ! Per­son­nel­le­ment je n’ai­me­rais pas y trou­ver un mor­ceau de mon cou­sin ou de ma soeur, alors je sup­pose que vous non plus. » Le ro­man­cier tire le fil de son his­toire jus­qu’à ar­ri­ver dans un abat­toir. Ce qu’il dé­crit n’est pas jo­li, jo­li… Le ta­lent de Co­line Pierré et de Jean-Claude Mourlevat les pré­serve de l’his­toire à thèse, du ro­man à mes­sage. L’hu­mour de l’al­bum est réel, l’en­quête du ro­man n’est pas ar­ti­fi­cielle et, pour l’un et l’autre, la ré­flexion en­gen­drée sur les ques­tions de notre so­cié­té non plus. La lit­té­ra­ture jeunesse n’est pas un monde à part, loin des dé­bats des grands. D’ailleurs, les ins­tances « pro viande » l’ont bien com­pris ! Ha­sard du ca­len­drier, Un dé­li­cieux jeu de piste, sous-ti­tré De l’éle­veur au bou­cher : une en­quête de Ca­mille, est pu­blié au même mo­ment. L’ou­vrage est co­édi­té avec une as­so­cia­tion de pro­fes­sion­nels de la viande. Pas fa­cile de lire le pas­sage sur l’ar­ri­vée à l’abat­toir sans avoir une pen­sée émue pour l’ogre qui, un jour, dé­ci­da de s’in­té­res­ser aux lé­gumes…

Le jour où les ogres ont ces­sé de man­ger des en­fants par Co­line Pierré et Loïc Froissart, 40 p., Rouergue, 15,50 E (dès 5 ans)

HHHII Jef­fer­son par Jean-Claude Mourlevat, 272 p., Gal­li­mard Jeunesse, 13,50 E (dès 9 ans) Un dé­li­cieux jeu de piste par Jacques An­drée, 32 p., La Mar­ti­nière Jeunesse, 13 E (dès 6 ans)

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.