SYLVAIN TESSON, en odys­sée

Notre chro­ni­queur-aven­tu­rier pu­blie le re­cueil de ses émis­sions consa­crées à Ho­mère et dif­fu­sées l’été der­nier sur France In­ter. Bon voyage!

Lire - - Les Écrivains De Lire - Louis-Hen­ri de La Ro­che­fou­cauld

Heu­reux qui comme Ulysse a fait un beau voyage et puis est re­tour­né, plein d’usage et rai­son, vivre entre ses pa­rents le reste de son âge ? Sylvain Tesson, lui, n’a pas en­core rac­cro­ché. Il est tou­jours par­tant pour de nou­velles ex­pé­di­tions. L’an­née der­nière, c’est dans un pi­geon­nier vé­ni­tien de l’île de Ti­nos qu’il s’était re­ti­ré un mois pour re­lire Ho­mère sur place. Il en était re­ve­nu avec cette convic­tion : « Brave, beau, har­mo­nieux, fort, re­nom­mé, prêt à re­non­cer à une vie de ca­fé, comme di­sait Sten­dhal pour qua­li­fier l’exis­tence fa­cile : tel est le hé­ros grec. » De la su­pé­rio­ri­té du ba­lu­chon troué sur les ter­rasses chauf­fées. On re­trouve dans Un été avec Ho­mère ce qui fait le charme de Tesson : son éner­gie un brin ly­rique, son en­thou­siasme ju­vé­nile que rien ne semble pou­voir contra­rier. Ici, il se veut plus pé­da­gogue que d’ha­bi­tude, et son ton rap­pelle par mo­ments ce­lui docte et as­tu­cieux d’Em­ma­nuel Car­rère dans

Le Royaume. Comment, après des som­mi­tés telles que Jacqueline de Ro­mil­ly ou Si­mone Weil, com­men­ter le clas­sique des clas­siques, le clas­sique ab­so­lu ? En pri­vi­lé­giant une ap­proche per­son­nelle et in­time plu­tôt qu’uni­ver­si­taire et sèche. Tesson semble pré­fé­rer l’Odys­sée à l’Iliade. On sent qu’il ne lui dé­plai­rait pas d’écou­ter le chant des si­rènes, d’af­fron­ter en duel quelque cy­clope mal in­ten­tion­né. Son livre, d’un for­mat lé­ger, tien­dra dans une poche de ber­mu­da et pour­ra être lu un peu par­tout au­tour de la Mé­di­ter­ra­née – sauf dans les ca­fés, bien sûr.

Un été avec Ho­mère par Sylvain Tesson, 256 p., Équa­teurs, 14,50 E

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.