L’ALTANA OU LA VIE VÉ­NI­TIENNE

PAR HEN­RI DE RÉ­GNIER (BAR­TILLAT)

Lire - - En Couverture - Louis-Hen­ri de La Ro­che­fou­cauld

La Ve­nise de Ré­gnier, c’est un temps que les moins de 120 ans ne peuvent pas connaître. Tho­mas Mann et Mar­cel Proust n’avaient pas en­core écrit sur la ville qu’il s’y ren­dait dé­jà, im­pec­ca­ble­ment las et cra­va­té. De 1908 à 1911, il al­lait au Flo­rian lors des réunions du Club des longues mous­taches, groupe lit­té­raire réunis­sant Jean-Louis Vau­doyer, Eu­gène Mar­san, Fran­cis de Mio­mandre et autres dan­dys fa­ti­gués triés sur le vo­let.

Pour re­trou­ver le ton de l’époque, il faut lire L’Altana, où Ré­gnier a consi­gné les sou­ve­nirs de ses es­ca­pades vé­ni­tiennes. Il y a quelque chose d’im­pres­sion­niste dans ces pages – sur place, le mous­ta­chu sé­jour­nait sou­vent à la Ca’Da­rio, le pa­lais han­té du Grand Ca­nal, peint quatre fois par Mo­net. Au vrai, on ne de­vrait ja­mais voir la Sé­ré­nis­sime que de­puis un mo­nocle.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.