PHI­LIPPE DELERM

Lire - - Sumario -

Le sens de la for­mule

Rien à dire sur la ca­dence. Le mot est tout à fait équi­li­bré, avec son en­tame confor­table, sa dé­si­nence har­mo­nique per­sis­tant dans l’es­pace, comme fra­grance, es­pé­rance, élé­gance. Il a tout d’un clas­sique, et d’un doux. Mais son em­ploi s’est tant mul­ti­plié ces der­niers mois qu’il va chan­ger d’es­sence. Pour­quoi cet as­saut de bien­veillance, cette né­ces­si­té, sur­tout ? Il faut en faire preuve, c’est tout d’un coup la ver­tu su­prême, et ce­la ne laisse pas d’in­ter­ro­ger. C’est un peu comme la sur­en­chère des hon­nê­te­ment qui servent de pré­cau­tion ora­toire aux po­li­tiques. L’hon­nê­te­té se pra­tique ; elle de­vient sus­pecte quand elle s’au­to­pro­clame. Pour­quoi la bien­veillance est-elle tout à coup si dé­si­rée, si re­con­nue ?

L’ex­cès pro­duit tou­jours un aga­ce­ment. Il en est ain­si dans l’em­ploi du mot bien­veillance. À trop l’en­tendre, on com­mence à lui trou­ver des so­no­ri­tés un peu miel­leuses, une syl­labe cen­trale trop molle, presque veule, et comme as­sou­pie. Il s’agit de vou­loir, pour­tant, vou­loir du bien, mais vou­loir, ici, de­vient presque voi­lé, mas­qué par la diph­tongue am­bi­guë de veill, un peu cau­te­leuse, ra­co­leuse. Et pour­quoi fau­drait-il sys­té­ma­ti­que­ment vou­loir du bien ?

Quel prix pour­rait bien avoir ce bien-là, dis­pen­sé par prin­cipe, sans ré­flexion, sans choix ? Jacques Brel di­sait : « Je pra­tique la cha­ri­té parce que je ne sais pas im­po­ser la jus­tice. » Mais dans la cha­ri­té, au moins, il y a la ma­ni­fes­ta­tion de la gé­né­ro­si­té, même si l’on sait qu’il est plus fa­cile de don­ner que de re­ce­voir. La bien­veillance est seule­ment un point de dé­part, un point mort qu’il fau­drait char­ger ar­ti­fi­ciel­le­ment de va­leurs po­si­tives. Être sans a prio­ri, sans pré­ju­gés, ne se­rait dé­jà pas si mal. Être d’em­blée bien­veillant a un pe­tit cô­té vo­lon­ta­riste, met­teur en ap­pli­ca­tion d’une mo­rale étran­ge­ment prô­née par une époque qui sent ce qui lui manque mais ne sau­rait don­ner que des re­cettes à quatre sous.

On a long­temps pra­ti­qué le sté­réo­type in­verse. Seuls les bour­rus, les bou­gons, les ta­ci­turnes ca­chaient un coeur d’or. J’y ai sous­crit moi- même avec bon­heur en dé­cou­vrant peu à peu l’hu­ma­ni­té de Mme Her­mier, l’épi­cière du coin de ma rue, morte de­puis vingt ans, et que j’ai connue aus­si long­temps. La pre­mière fois que je l’ai vue, je vou­lais une boîte de bou­gies un jour de panne d’élec­tri­ci­té, elle me lan­ça d’un ton rogue : « Une boîte ? Sû­re­ment pas, il en faut pour tout le monde ! »

Je crois qu’elle était bien­veillante, mais qu’elle au­rait eu hor­reur de ce mot-là. La bien­veillance, c’est comme la confi­ture : plus on en a, moins on l’étale.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.