Pro­me­nade de san­té

Lire - - SÉRIES TV -

Dead Zone, Un­der The Dome, The Mist… Len­te­ment mais sur­ement, les ro­mans de Ste­phen King ont su trou­ver leur place sur pe­tit écran. Après avoir pro­duit l’adap­ta­tion té­lé­vi­suelle de 22.11.63, avec James Fran­co, J.J. Abrams ré­ci­dive avec Castle Rock, an­tho­lo­gie (une his­toire dif­fé­rente par sai­son) horrifique sise dans la cé­lèbre ville fic­tive ayant ser­vi de dé­cor à de nom­breux ro­mans de Ste­phen King. Et si ar­ti­cu­ler en­tière

ment une sé­rie au­tour de l’oeuvre du King peut ap­pa­raître comme une belle idée en soi, une connais­sance en­cy­clo­pé­dique de cette der­nière est-elle né­ces­saire pour l’ap­pré­cier à sa juste va­leur ? Oui, dans la me­sure où elle per­met d’iden­ti­fier les mul­tiples ré­fé­rences (de Shi­ning à Cu­jo en pas­sant par La Tour sombre, La Part des té­nèbres, etc.) égre­nées au fil des épi­sodes afin d’émous­tiller le fan pur et dur. Non, car si l’in­trigue de cette pre­mière sai­son prend les ro­mans de Ste­phen King comme points d’an­crage, elle se suffit à el­le­même, un peu à la ma­nière de la sé­rie Far­go qui mul­ti­pliait les clins d’oeil au cé­lèbre film des frères Coen, pour mieux dé­rou­ler sa propre my­tho­lo­gie. Et si le vi­rage est un peu moins bien né­go­cié ici avec un as­pect patch­work beau­coup plus évident et ap­puyé, le spec­ta­teur « pro­fane » de­vrait tou­te­fois y trou­ver son compte. À condi­tion de pas­ser outre une pre­mière par­tie ba­varde et très la­bo­rieuse qui mul­ti­plie les ré­fé­rences sans ja­mais vrai­ment avan­cer. Il fau­dra at­tendre la se­conde moi­tié pour que Castle Rock prenne en­fin son en­vol et ébauche de fas­ci­nantes pistes, s’im­po­sant comme un bel hom­mage à la bi­blio­gra­phie de Ste­phen King, une sorte d’ex­ten­sion in­tel­li­gente et per­ti­nente de son oeuvre. De­puis le 18 oc­tobre sur Ca­nal + Sé­ries

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.