Ernst Kan­to­ro­wicz aux deux corps

Ro­bert E. Ler­ner livre une brillante bio­gra­phie de cet his­to­rien mé­dié­viste à l’es­prit libre.

Lire - - BONNE QUESTION -

Ernst Kan­to­ro­wicz (1895-1963), l’un des plus grands mé­dié­vistes avec le Fran­çais Marc Bloch – les deux hommes s’igno­rèrent – est en­tré dans la pos­té­ri­té avec Les Deux Corps du roi (1957), un livre de théo­lo­gie po­li­tique, au­quel ses pairs font ré­fé­rence comme à un classique. Le roi, ex­plique-t-il, a un corps souf­frant et mor­tel, comme tout un cha­cun. Mais au sein de ce­lui-ci se loge un

autre corps, sym­bo­lique et por­teur de la charge royale trans­mise à son suc­ces­seur afin d’as­su­rer la pé­ren­ni­té de la mo­nar­chie. Cette pas­sa­tion est au coeur de la for­mule :

« Le roi est mort, vive le roi ! »

« Eka » – son sur­nom – fut au­pa­ra­vant l’au­teur d’une bio­gra­phie grand pu­blic et de par­ti pris sur le roi de Si­cile et de Jé­ru­sa­lem au xiii e siècle,

L’Em­pe­reur Fré­dé­ric II (1927). La dua­li­té de l’oeuvre de l’his­to­rien est le mi­roir de son exis­tence. Fils de Juifs ai­sés de Poz­nan ( Prusse), il est un ar­dent na­tio­na­liste al­le­mand, dé­co­ré à Ver­dun, puis par l’Em­pire ot­to­man. Proche du cercle du poète- pro­phète an­ti­mo­derne Ste­fan George, en­ga­gé dans les Corps francs contre les « rouges » , il dé­nonce en no­vembre 1933, à Franc­fort, les dan­gers du na­zisme. Vingt ans plus tard,

aux États-Unis, l’exi­lé re­fu­se­ra de prê­ter le ser­ment de loyau­té mac­car­thyste. Ce dan­dy cour­tois et spi­ri­tuel, ca­pable des pires saillies, est ain­si pas­sé de la droite d’Hin­den­burg à la gauche de Ken­ne­dy. Homme élé­gant, ama­teur de belles com­tesses, il ne né­gli­gea pas les aven­tures mas­cu­lines. Une vie d’his­to­rien est le ré­cit d’une vie to­tale : « A Life », in­siste le titre ori­gi­nal. Tout le prix de la grande bio­gra­phie de Ro­bert E.Ler­ner, pro­fes­seur à la Nor­th­wes­tern Uni­ver­si­ty (Il­li­nois), est dans cette quête de la com­plexi­té d’Ernst Kan­to­ro­wicz, cô­toyé du­rant un quart de siècle de re­cherches. E.H.

HHHHI Ernst Kan­to­ro­wicz, une vie d’his­to­rien (Ernst Kan­to­ro­wicz. A Life) par Ro­bert

E. Ler­ner, tra­duit de l’an­glais (États-Unis) par Jacques Da­la­run, 640 p., Gal­li­mard, 36 €

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.