APRÈS LA FIN DU MONDE.

CRI­TIQUE DE LA RAI­SON APO­CA­LYP­TIQUE

Lire - - DANS LES POCHES -

PHI­LO­SO­PHIE Bombe ato­mique, dé­sastre cli­ma­tique… L’apo­ca­lypse est l’ho­ri­zon de notre pen­sée, dont le philosophe Mi­chaël Foes­sel fait ici l’his­toire et la cri­tique. Car l’im­mi­nence de la fin n’est pas un constat ob­jec­tif, mais une ma­nière d’im­po­ser une lo­gique du pire, ré­dui­sant notre ac­tion à un im­pé­ra­tif de con­ser­va­tion. À l’op­po­sé, il faut ac­cep­ter que notre condi­tion de mo­dernes soit celle d’une perte : perte du vieux cos­mos qui tour­nait bien rond. Cet essai, pa­ru en 2012, se heurte au­jourd’hui à l’évi­dence du ré­chauf­fe­ment cli­ma­tique qui fra­gi­lise la dis­tance cri­tique du philosophe. Sa­luons l’hon­nê­te­té de l’au­teur qui af­fronte, à l’oc­ca­sion de la ré­édi­tion de ce livre, la co­lère des faits, dans une post­face aus­si pas­sion­nante que l’essai ori­gi­nal. Phi­lippe Che­val­lier

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.