Har­ry pé­père

Lire - - SÉRIES TV -

Lau­réat du Grand Prix du ro­man de l’Aca­dé­mie fran­çaise et du Gon­court des ly­céens en 2012, La Vérité sur l’af­faire Har­ry Que­bert du Suisse Joël Di­cker au­ra pas­sion­né plu­sieurs mil­lions de lec­teurs. Contre toute at­tente – mais de ma­nière somme toute lo­gique au re­gard de la struc­ture du ro­man –, c’est à la té­lé­vi­sion que l’his­toire d’Har­ry Que­bert, au­teur et pro­fes­seur de lit­té­ra­ture re­nom­mé ac­cu­sé d’un

double meurtre com­mis il y a trente ans, prend vie. Et comme la plume de Di­cker ne pou­vait se conten­ter d’un réa­li­sa­teur lamb­da pour tra­duire ses mots à l’écran, c’est au ci­néaste Jean- Jacques An­naud, dé­jà res­pon­sable de l’ex­cel­lente adap­ta­tion du Nom de la rose d’Um­ber­to Eco en 1986, que re­vient cette lourde res­pon­sa­bi­li­té. Pour son bap­tême du feu té­lé­vi­suel, le réa­li­sa­teur os­ca­ri­sé et mul­ti-cé­sa­ri­sé trouve ici un beau matériau avec ses twists à ré­pé­ti­tion et ses per­son­nages troubles dignes des meilleurs thril­lers hol­ly­woo­diens. À l’image du ro­man, son adap­ta­tion char­rie elle aus­si son lot de cli­chés al­lant de l’écri­vain en mal d’ins­pi­ra­tion à l’avo­cat prêt à tout, en pas­sant par le flic bour­ru mais gen­til. De même, on pour­rait re­pro­cher à la mise en scène d’être un poil trop aca­dé­mique, res­pec­tant à la lettre un ca­hier des charges ty­pique des sé­ries du sa­me­di soir. Mal­gré tout ce­la, La Vérité sur l’af­faire Har­ry Que­bert * tient la route grâce à un ju­di­cieux tra­vail d’adap­ta­tion – ef­fec­tué par An­naud lui-même – qui au­ra ha­bi­le­ment dé­grais­sé les élé­ments les plus su­per­flus de l’in­trigue pour en gar­der la sub­stan­ti­fique moelle : une ré­flexion à la fois in­time et uni­ver­selle sur les affres de la créa­tion, dis­si­mu­lée sous les ap­pa­rats de l’en­quête cri­mi­nelle.

* De­puis le 21 no­vembre sur TF1

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.