L’été meur­trier

Cloé Kor­man livre le ré­cit d’une vio­lence la­tente sub­mer­gée par La Tem­pête de Sha­kes­peare.

Lire - - LITTÉRATUR­E FRANÇAISE - E. L.

Le ro­man fran­çais s’in­té­resse beau­coup aux in­di­vi­dus, presque ja­mais aux groupes. L’un des as­pects les plus cap­ti­vants du livre de Cloé Kor­man – une ro­man­cière de 35 ans ré­com­pen­sée par le prix du Livre In­ter 2010 pour Les Hom­mes­cou­leurs –, est la fa­çon dont il donne à voir cette drôle d’en­ti­té qu’est une bande d’en­fants ras­sem­blés ailleurs que dans une salle de classe. Dans Mi­di, c’est un stage d’ini­tia­tion au théâtre, or­ga­ni­sé par l’as­so­cia­tion Le Panier à Mar­seille, qui les réunit. Alors que d’autres sont par­tis loin, ceux-là, res­tés au quar­tier, passent leurs va­cances à

tra­vailler en­semble à une libre adap­ta­tion de La Tem­pête de Sha­kes­peare. Quinze ans plus tard, l’une de leurs ani­ma­trices – la nar­ra­trice – se sou­vient de cet été lorsque Dom, qui di­ri­geait le théâtre à l’époque, re­sur­git su­bi­te­ment dans sa vie. Les ré­pé­ti­tions se suivent quand peu à peu émerge le silence d’une pe­tite fille. C’est la sil­houette frêle de Jo­sé­phine, qui cache un lourd secret sous le tis­su de ses vê­te­ments. Le secret ne de­mande qu’à écla­ter mais, face au ta­bou de la vio­lence in­fan­tile, les adultes ab­diquent. Cloé Kor­man ex­plore de grands maux dans le pouls en­tê­tant de sa belle écri­ture : com­pli­ci­té, lâ­che­té, culpa­bi­li­té, conflits d’in­té­rêts… Et la lu­mière so­laire de Sha­kes­peare pour éclai­rer la cruau­té des hommes.

★★☆☆☆ Mi­di par Cloé Kor­man, 224 p., Seuil, 18 €

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.