3 QUES­TIONS À... MI­CHELLE PER­ROT

Lire - - EN COUVERTURE I HISTOIRE - ● George Sand à No­hant par Mi­chelle Per­rot (Seuil) Pro­pos recueillis par E.H.

AVANT CE LIVRE, GEORGE SAND « N’ÉTAIT PAS VOTRE GENRE ». QU’EN EST-IL DE­PUIS ?

Elle m’est de­ve­nue fa­mi­lière, mais elle m’échappe tou­jours. Elle ne cesse de me sur­prendre par sa vitalité, son in­tel­li­gence, sa gé­né­ro­si­té et son mys­tère. N’ai-je pas man­qué l’écri­vain des longues nuits so­li­taires ? C’est son oeuvre, du moins l’acte d’écrire dans sa vie, qu’il fau­drait ten­ter de sai­sir. Au risque de se noyer dans l’océan des mots.

IN­CARNE-T-ELLE UN FÉ­MI­NISME ?

George Sand était ré­vol­tée contre ce qu’on n’ap­pe­lait pas en­core « do­mi­na­tion mas­cu­line ». « Je n’ai ja­mais vou­lu avoir de maître, même en amour », di­sait-elle, dé­non­çant le ma­riage – « une pros­ti­tu­tion lé­gale » –, mais va­lo­ri­sant ma­ter­ni­té et amour des en­fants. Plus uni­ver­sa­liste que « dif­fé­ren­tia­liste », elle était éprise de li­ber­té et d’éga­li­té entre les sexes.

LE MOU­VE­MENT #METOO ?

On ne change pas si vite la hié­rar­chie des sexes dé­crite par Françoise Hé­ri­tier. Mais c’est un événement ma­jeur dans l’his­toire de la re­ven­di­ca­tion des femmes de la libre dis­po­si­tion de leur corps. Par son am­pleur, liée à des « ré­seaux so­ciaux », sa dif­fu­sion (jus­qu’aux re­li­gieuses du Va­ti­can), cette prise de pa­role force l’écoute, ébranle les pou­voirs, conduit les hommes à s’in­ter­ro­ger. Un tour­nant dans l’éter­ni­té des rap­ports de sexes.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.