LUC FRAISSE

Pré­sident du Prin­temps Prous­tien, l’uni­ver­si­taire spé­cia­liste de La Re­cherche nous pré­sente cette cé­lé­bra­tion in­édite qui en­té­rine le culte dont Proust fait l’ob­jet, cent ans après la re­mise de son prix Gon­court.

Lire - - HISTOIRE LITTÉRAIRE - Pro­pos recueillis par L.-H.L.R.

Le Prin­temps Prous­tien est- il la plus grande ma­ni­fes­ta­tion ja­mais or­ga­ni­sée au­tour de Proust ?

• Luc Fraisse. De très grands évé­ne­ments ont été or­ga­ni­sés au­tour de cet au­teur. Mais sans doute le Prin­temps Prous­tien mé­rite-t-il la palme par l’am­pleur de la ma­ni­fes­ta­tion : neuf jours de fes­ti­vi­tés, une cen­taine d’évé­ne­ments, un sa­lon du livre fi­nal réunis­sant une soixan­taine d’au­teurs, six aca­dé­mi­ciens Gon­court pré­sents, des vedettes de grande qua­li­té, le haut pa­tro­nage du pré­sident de la Ré­pu­blique et la pré­sence du mi­nistre de la Culture.

Proust est-il plus vé­né­ré que ja­mais ? • L.F. Proust est lu et étu­dié dans le monde en­tier : beau­coup d’étrangers en mé­mo­risent des pages en­tières pour ap­prendre le fran­çais. Qu’on soit mé­lo­mane, es­thète, his­to­rien, cri­tique littéraire ou so­cio­logue, on est com­blé par la lec­ture de Proust. Car le su­jet cen­tral de son oeuvre est ori­gi­nal : c’est nous, lec­teur, cha­cun de nous en par­ti­cu­lier. Proust parle- t- il aux nou­velles gé­né­ra­tions ?

• L.F. Oui, et la meilleure preuve est ce livre, Du cô­té de chez Proust [pu­blié chez First], dans le­quel Lau­rence Gre­nier a si bien su mettre l’oeuvre à la por­tée des col­lé­giens, et dont cer­tains ont mon­té pour nous un spec­tacle.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.