Lo­li­ta avant Lo­li­ta

Lire - - BIOGRAPHIE D’UN CLASSIQUE -

C’est en France, vers 1939 ou 1940, qu’un pre­mier ca­ne­vas de Lo­li­ta ger­ma dans l’es­prit de Na­bo­kov. Dans la post­face du ro­man, da­tée du 12 no­vembre 1956, « À pro­pos d’un livre in­ti­tu­lé Lo­li­ta », Na­bo­kov ra­conte com­ment il a res­sen­ti « la pre­mière pal­pi­ta­tion de Lo­li­ta ». Le « fris­son d’ins­pi­ra­tion ini­tial fut pro­vo­qué bi­zar­re­ment par un ar­ticle […] à pro­pos d’un singe du Jar­din des Plantes qui, après avoir été ca­jo­lé pen­dant des mois par un cher­cheur scien­ti­fique, fi­nit par pro­duire le pre­mier des­sin au fu­sain ja­mais réa­li­sé par un ani­mal : cette es­quisse re­pré­sen­tait les bar­reaux de la cage de la pauvre créa­ture ». Na­bo­kov en ti­ra une nou­velle, L’En­chan­teur. Ré­di­gée en russe, elle ra­con­tait l’his­toire d’Ar­thur (le pro­to­type de Hum­bert Hum­bert), ori­gi­naire d’Eu­rope cen­trale, et d’une pe­tite Fran­çaise de 12 ans, une nym­phette, ano­nyme dans la nou­velle. Ar­thur, ayant épou­sé la mère dé­jà ma­lade, ten­ta, après la mort de celle-ci, d’abu­ser de la pe­tite fille. Puis, il se sui­ci­da en se je­tant sous les roues d’un camion. In­sa­tis­fait de son texte, Na­bo­kov pré­ten­dit avoir brû­lé cet avor­ton de Lo­li­ta lors­qu’il ar­ri­va aux États-Unis. Le ma­nus­crit, re­trou­vé, a été pu­blié dix ans après la mort de Na­bo­kov.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.