FL­NE­RIE À L’AN­GLAISE

LA CARTE DES LIEUX LIT­TÉ­RAIRES LON­DO­NIENS

Lire - - L’UNIVERS D’UN ÉCRIVAIN - Par Gla­dys Ma­ri­vat

KEN­SING­TON

De­puis 1867, des plaques bleues (par­fois mar­ron) si­gnalent les mai­sons lon­don­niennes où vé­curent des fi­gures po­li­tiques ou cultu­relles. Beau­coup d’écri­vains ont ré­si­dé à Ken­sing­ton. Comme James Joyce, au 28 Camp­den Grove. Ain­si que T.S. Eliot (3 Ken­sing­ton Court Gar­dens), Ez­ra Pound (10 Ken­sing­ton Church Walk) et William Ma­ke­peace Tha­cke­ray (2 Pa­lace Green).

BLOOM­SBU­RY

Le quar­tier a ac­quis sa ré­pu­ta­tion littéraire grâce au Bloom­sbu­ry Group, fon­dé par Vir­gi­nia Woolf et sa soeur, Va­nes­sa Bell, dans leur mai­son du 46 Gor­don Square. Une plaque en l’hon­neur du groupe a été éri­gée au 50 Gor­don Square, ain­si qu’une autre au nom de l’au­teure de Mrs Dal­lo­way, au 29 Fitz­roy Square. La de­meure où vé­cut, un siècle plus tôt, Ma­ry Shel­ley, la créa­trice de Fran­ken­stein, se trouve aus­si à Bloom­sbu­ry. À quelques pas de là, la Fitz­roy Ta­vern (16 Char­lotte Street), pub fré­quen­té par Dy­lan Tho­mas et George Or­well pen­dant l’entre-deux-guerres.

LE MU­SÉE SHER­LOCK-HOLMES

Si­tué à l’angle de Regent’s Park, entre le 237 et le 241 Ba­ker Street, le Sher­lock Holmes Mu­seum an­nonce comme adresse of­fi­cielle 221b Ba­ker Street, en hom­mage au fa­meux dé­tec­tive in­ven­té par Sir Ar­thur Co­nan Doyle. Mo­bi­liers, ob­jets, ma­nus­crits et fi­gu­rines, ain­si que des ex­po­si­tions tem­po­raires, ra­vi­ront les doy­liens comme les hol­me­siens.

CHARING CROSS ROAD

Du nord de l’ar­tère jus­qu’à Tra­fal­gar Square, cette rue est consi­dé­rée comme La Mecque des pas­sion­nés de lit­té­ra­ture. Il est conseillé de se perdre dans le foi­son­ne­ment de ses li­brai­ries pro­po­sant des ou­vrages rares ou d’oc­ca­sion, ou de s’ar­rê­ter chez Foyles, fon­dée en 1903, de­meu­rée long­temps la plus grande librairie au monde, avant l’ar­ri­vée d’In­ter­net.

PILLARS OF HERCULES

Si­tué sur Greek Street, à Soho, ce pub a tou­jours été le ren­dez-vous des ro­man­ciers lon­do­niens. Ju­lian Barnes, Mar­tin Amis et Ian McE­wan se sont ac­cou­dés au bar, qui ap­pa­raît éga­le­ment dans le ro­man de Charles Di­ckens, Le Conte de deux ci­tés.

BA­LADE À HAMPS­TEAD

Quar­tier cos­su au nord-ouest de Tra­fal­gar Square, Hamps­tead a été le lieu de ré­si­dence de nom­breux écri­vains. Une ba­lade de trois heures per­met, entre autres, de vi­si­ter la mai­son où Eve­lyn Waugh est né (145 North End Road) ; The Spa­niards Inn, le pub construit en 1585, men­tion­né par Charles Di­ckens dans Les Pa­piers post­humes du Pi­ck­wick Club et par Bram Sto­ker dans Dra­cu­la ; la mai­son où Daphne du Mau­rier pas­sa son en­fance (14 Can­non Place) ; celle où vé­cut Ian Fle­ming, le créa­teur de James Bond (2 Willow Road) ; l’im­meuble où ha­bi­ta George Or­well (77 Par­lia­ment Hill) ; la de­meure de Ro­bert Louis Ste­ven­son (7 Mount Ver­non) ; la belle mai­son en briques d’H.G. Wells de 1909 à 1912 (17 Church Row) et, juste à cô­té, celle où vé­cut l’amant d’Os­car Wilde, Lord Al­fred Douglas ; en­fin, la de­meure où s’ins­tal­la le neu­ro­logue et psy­cha­na­lyste Sig­mund Freud.

AB­BAYE DE WEST­MINS­TER

Consa­crée en 1065, l’ab­baye de West­mins­ter abrite des tombes et des mo­nu­ments à la mé­moire de per­son­nages illustres, de la reine Éli­za­beth Ire à Charles Dar­win. Les amou­reux de lit­té­ra­ture se re­cueille­ront dans le Poet’s Corner, qui abrite no­tam­ment les tombes de Chau­cer et de Di­ckens, ain­si que les mé­mo­riaux de Keats, Shel­ley, Dy­lan Tho­mas ou en­core Hen­ry James.

BRI­TISH LIBRARY

Plus de 170 mil­lions de ré­fé­rences, dont en­vi­ron 14 mil­lions de livres, sont abri­tés dans la bi­blio­thèque na­tio­nale du Royaume-Uni, si­tuée au 96 Eus­ton Road. On y trouve entre autres les ma­nus­crits ori­gi­naux de Jane Aus­ten, des soeurs Brontë, de Le­wis Car­roll, d’An­ge­la Car­ter et de James Joyce.

SHA­KES­PEARE’S GLOBE THEATRE

Dé­truit en 1613 par la bourre en­flam­mée d’un ca­non de théâtre, le lieu où tra­vaillaient William Sha­kes­peare et sa troupe fut re­cons­truit im­mé­dia­te­ment, puis fer­mé par les pu­ri­tains et en­fin dé­mo­li en 1644 au pro­fit de lo­ge­ments. Trois siècles plus tard, il est re­bâ­ti à l’iden­tique pour une ré­ou­ver­ture au pu­blic en 1997. Outre des spec­tacles, le lieu pré­sente une ex­po­si­tion per­ma­nente sur la vie et l’oeuvre du dra­ma­turge. De mai à fin août, des re­pré­sen­ta­tions de La Co­mé­die des er­reurs et de Pé­ri­clès, prince de Tyr sont, entre autres, pro­po­sées au pu­blic.

LE MU­SÉE CHARLES-DI­CKENS

De 1837 à 1839, l’au­teur des Grandes Es­pé­rances a vé­cu au 48 Dough­ty Street, à Bloom­sbu­ry. C’est dans cette mai­son de quatre étages, de l’époque geor­gienne, que Charles Di­ckens a ache­vé Les Pa­piers post­humes du Pi­ck­wick Club et écrit Oli­ver Twist. De­ve­nu un mu­sée en 1925, le lieu pré­sente la plus im­por­tante col­lec­tion de ma­nus­crits, de car­nets, ain­si que de meubles et d’ob­jets ayant ap­par­te­nu au grand écri­vain.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.