SYLVAIN TES­SON

Par les livres et par les champs

Lire - - SUMMARIO -

C’eût été un grand mal­heur que la col­lec­tion « Terre Humaine » dis­pa­rût. En 1954, Jean Ma­lau­rie, son fon­da­teur, don­na à lire au pu­blic des textes qui em­bras­saient l’es­pace humain dans sa com­plexi­té, sa splen­deur, sa vio­lence, son mys­tère ba­che­lar­dien (Ba­che­lard était le philosophe que Ma­lau­rie au­rait rê­vé de pu­blier). Cer­tains titres sont pas­sés à la pos­té­ri­té. Ma­lau­rie nous em­por­ta lui-même dans les glaces inuites (Les Der­niers Rois de Thu­lé). Lé­vi-Strauss nous ap­prit que l’Eu­rope n’était pas le centre du monde ( Tristes Tro­piques).

Jacques La­car­rière ren­dit le so­leil plus lu­mi­neux ( L’Été grec). Re­né Du­mont éruc­ta ses im­pré­ca­tions pré­mo­ni­toires ( Terres vi­vantes). Wil­fred The­si­ger tra­ça son es­thé­tique vi­rile du no­ma­disme ( Le Dé­sert des dé­serts). Et une cen­taine de titres ma­jeurs se suc­cé­dèrent ain­si, tous ai­guillon­nés par la même exi­gence : tra­cer le por­trait des hommes au plus près de leur sub­strat géo­gra­phique et de leur vérité eth­no­lo­gique.

Jean Ma­lau­rie, géo­mor­pho­logue de for­ma­tion, de­meure tou­jours aus­si acé­ré qu’une roche cris­tal­line. Mais, après soixante ans de ser­vice, il a pas­sé le re­lais à un autre ar­pen­teur du globe, Jean-Ch­ris­tophe Ru­fin, le­quel est peu fa­mi­lier de la dy­na­mique des ébou­lis dé­tri­tiques (la pas­sion de Ma­lau­rie), mais tout aus­si sou­cieux de l’être humain. Le der­nier titre de la mai­son (époque Ru­fin, donc) est hau­te­ment conforme à l’es­prit de Terre Humaine : Des loups et des hommes. En­quête en France sau­vage, de Caroline Au­di­bert. Il y est ques­tion de la na­ture, des so­cié­tés qui la sou­mettent et, par­fois, as­pirent à « re­trou­ver l’Aca­die » .

Long­temps, Caroline Au­di­bert a gar­dé, en fa­mille, un re­fuge dans les Alpes du Sud. Dans les an­nées 1990, son père dé­cou­vrit un ca­davre

de loup dans le Mer­can­tour. On ne le crut pas jus­qu’au mo­ment où les bio­lo­gistes s’aper­çurent que le loup était bel et bien re­ve­nu en France, de son propre chef, pas­sant les crêtes et sai­gnant sa ra­tion de bre­bis.

Dès lors, la bête s’in­vi­ta dans le dé­bat na­tio­nal, ré­veillant les mythes, les fan­tasmes et les rêves. L’ani­mal, dé­bou­lant à la fois de l’Ita­lie et d’un pas­sé mé­dié­val, di­vi­sa le pays. La France, tou­jours avide de se dé­chi­rer, trou­va dans le loup un su­jet pro­pice aux aboie­ments. L’en­quête de Caroline Au­di­bert s’ap­pa­rente à une mar­que­te­rie très com­plexe. Le ré­cit ex­cep­tion­nel­le­ment do­cu­men­té, fruit d’un tra­vail de plu­sieurs an­nées, en Ita­lie, à Pa­ris, dans les Alpes et le Mas­sif cen­tral, brosse la chro­no­lo­gie du re­tour du fauve, tient le greffe des dé­bats sus­ci­tés par sa pré­sence, dé­crit les propres pé­ri­pé­ties de l’en­quê­trice ( par­fois da­van­tage gui­dée par la poé­sie que par la science) et s’en­gage dans de hautes consi­dé­ra­tions dia­lec­tiques sur le « sau­vage » et le « ci­vi­li­sé ».

En France, une dis­cus­sion sur la place du loup s’avère im­pos­sible. D’un cô­té, les pay­sans trai­te­ront de « bo­bos » les par­ti­sans du fauve, de l’autre, les « pro-loups » sou­ses­ti­me­ront la dé­tresse des éle­veurs. Caroline Au­di­bert, elle, tente de plai­der en termes ar­gu­men­tés, dans une langue douce, éthé­rée, par­fois ti­mide. Re­fu­sant le re­jet au­tant que l’an­gé­lisme, elle re­con­naît au loup « ce par­fum de vieux monde […] quelque chose du mythe fon­da­teur, cette part en­sau­va­gée de notre psy­ché ». Pour Caroline, qui n’a pas re­non­cé à la beau­té des dé­buts du monde, le loup ap­porte un chant de li­ber­té. Notre pays ul­tra-peu­plé s’en­ri­chi­rait à le lais­ser s’ex­pri­mer. La « fi­lière viande » n’en mour­ra pas ! L’au­teur in­voque la re­con­quête d’un peu de notre « part sau­vage » sur cette Terre humaine… trop humaine !

Le loup était bel et bien re­ve­nu en France, de son propre chef

SYLVAIN TES­SON

Des loups et des hommes. En­quête en France sau­vage par Caroline Au­di­bert, 304 p., Plon/ Terre Humaine, 24,90 €

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.