Un saint contre Hit­ler

Pay­san au­tri­chien op­po­sé à la guerre, Franz Jä­gerstät­ter a été béa­ti­fié en 2007 par le pape. Il avait eu le cou­rage de s’éle­ver contre le na­zisme.

Lire - - BONNE QUESTION - Em­ma­nuel Hecht

Le 9 août 1943, Franz Jä­gerstät­ter (36 ans) est dé­ca­pi­té dans la pri­son de Bran­de­bourg, à Ber­lin. Il a été ju­gé cou­pable de « sa­per le mo­ral des troupes » . Le pay­san de St. Ra­de­gund, sa­cris­tain de son pe­tit vil­lage de cinq cents ha­bi tants s i t u é e n t r e Salz­bourg et la fron­tière al­le­mande, re­fu­sait de com­battre dans l’ar­mée du IIIe Reich. En 1938, il s’était dé­jà sin­gu­la­ri­sé en vo­tant contre l’An­schluss.

Le 26 oc­tobre 2007, jour de la fête na­tio­nale au­tri­chienne, Jä­gerstät­ter était béa­ti­fié dans la ca­thé­drale de Linz. Se­lon le pape ba­va­rois Be­noît XVI, il est « le té­moi­gnage si­len­cieux et hé­roïque de tant de chré­tiens qui vivent l’Évan­gile sans com­pro­mis, en rem­plis­sant leur de­voir ».

Le film que lui consacre Ter­rence Ma­lick, Une vie ca­chée, sort en dé­cembre, avec Au­gust Diehl dans le rôle-titre. Dans la fou­lée, les édi­tions Bayard pu­blient trois textes sur son re­fus de com­battre dans l’ar­mée du IIIe Reich (« Être ca­tho­lique ou na­zi », choi­si comme titre de l’ou­vrage), des notes sur son op­po­si­tion au na­zisme et l’ul­time lettre à son épouse ai­mée, Fran­zis­ka, dite « Fa­ni » . « Pour quelle rai­son, in­ter­roge Jä­gerstät­ter, Dieu au­rait-il do­té les hommes d’une in­tel­li­gence et d’un libre ar­bitre, si on ne nous ac­corde même pas, comme on l’af­firme, de ju­ger si cette guerre que l’Al­le­magne est en train de me­ner est juste ou in­juste ? » La « guerre juste » : une ques­tion ca­no­nique de­puis saint Au­gus­tin. « Je crois, conclut le pay­san de Haute-Au­triche, que l’on peut prê­ter obéis­sance aveugle, mais seule­ment dans le cas où l’on ne cause au­cun dom­mage à per­sonne. »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.