Sale temps sur la zone eu­ro

L'Obs - - Le Téléphone Rouge / Argent - MARC FIO­REN­TI­NO

On y a pour­tant cru. La crois­sance eu­ro­péenne avait même dé­pas­sé celle des Etats-Unis! Mais le mi­racle n’a pas eu lieu. L’éco­no­mie de la zone eu­ro ra­len­tit. Sé­vè­re­ment : + 0,2% seule­ment au 3e tri­mestre. Et les nuages s’ac­cu­mulent. Il y a évi­dem­ment la si­tua­tion ita­lienne, avec une crois­sance égale à zé­ro. Il y a le Brexit. Certes, il im­pacte en prio­ri­té la crois­sance bri­tan­nique, mais il se­rait ab­surde de croire qu’il se­ra sans ef­fet sur l’Eu­rope, comme on nous le ré­pète. Et il y a l’Al­le­magne, c’est peut-être le plus in­quié­tant. L’Al­le­magne d’An­ge­la Mer­kel a été la lo­co­mo­tive de la zone eu­ro dans cette sor­tie de crise. Or la chan­ce­lière re­nonce pro­gres­si­ve­ment au pou­voir (lire p. 36). Une pé­riode d’in­cer­ti­tude po­li­tique va s’ou­vrir. La sta­bi­li­té al­le­mande a été un fac­teur du suc­cès ré­cent de l’Eu­rope, et sans son lea­der­ship, la zone eu­ro risque de connaître un flot­te­ment qui pé­na­li­se­ra sa crois­sance. Et l’Al­le­magne est aus­si frap­pée par la guerre com­mer­ciale de Trump. On le per­çoit dans le ra­len­tis­se­ment de ses ex­por­ta­tions. Je suis donc in­quiet pour la zone eu­ro. Vic­time col­la­té­rale du jeu de rôle entre la Chine et les Etats-Unis, qui fi­ni­ront par s’ac­cor­der sur son dos, af­fai­blie par la pous­sée des par­tis po­pu­listes, se­couée par l’in­cer­ti­tude al­le­mande, elle entre dans une pé­riode de tur­bu­lences.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.