LES IN­VI­SIBLES PAR LOUIS-JU­LIEN PE­TIT

L'Obs - - Critiques - JÉ­RÔME GAR­CIN

Co­mé­die so­ciale fran­çaise, avec Au­drey La­my, Co­rinne Ma­sie­ro, Noé­mie Lvovs­ky, Dé­bo­rah Lu­ku­mue­na (1h42).

Il y a, chez Louis-Ju­lien Pe­tit, Fran­çais né en An­gle­terre, comme un croi­se­ment de Ken Loach et de Gilles Lel­louche. Et dans « les In­vi­sibles », un mé­lange de « The Full Mon­ty » et du « Grand Bain ». Parce qu’elles n’ac­ceptent pas que, dans le nord de la France, leur centre d’ac­cueil de jour pour femmes SDF soit sou­dain fer­mé, quatre tra­vailleuses so­ciales dé­cident en ef­fet de se ré­vol­ter et d’oeu­vrer, en toute illé­ga­li­té, à se­cou­rir leurs mal­heu­reuses pro­té­gées afin de leur as­su­rer un ave­nir. Elles les logent dans un squat, leur ap­prennent à exor­ci­ser leurs souf­frances, exer­cer un mé­tier, se ré­in­sé­rer, ré­di­ger un CV, se pré­sen­ter à la ca­mé­ra, re­prendre goût à la vie. Nos quatre jus­ti­cières (dont la tou­jours im­pres­sion­nante Co­rinne Ma­sie­ro et l’épa­tante Au­drey La­my, qui mé­rite dé­ci­dé­ment mieux que « Scènes de mé­nages ») s’y em­ploient avec d’au­tant plus d’ar­deur qu’elles font face, elles aus­si, à des pro­blèmes per­son­nels. En somme, elles se sauvent en sau­vant les autres. Les autres, qui se sont don­né des sur­noms pro­vo­ca­teurs (Bri­gitte Ma­cron, Bri­gitte Bar­dot, La­dy Di ou Mi­mie Ma­thy), ce sont des femmes es­seu­lées, ex­té­nuées, abî­mées, ve­nues de la rue et par­fois de la pri­son, que l’uto­piste Louis-Ju­lien Pe­tit (« Dis­count ») filme avec une ten­dresse ja­mais ap­puyée et un hu­mour dé­li­cat, sans tri­cher pour au­tant avec une réa­li­té so­ciale déses­pé­rante. A la fin, ces in­vi­sibles, presque toutes non pro­fes­sion­nelles, rayonnent. Pour un peu, on y croirait.

Noé­mie Lvovs­ky (à gauche).

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.