Fon­da­tion Car­rie­ro – Sol LeWitt – Mi­lan –

Pro­pos re­cueillis Fe­de­ri­co Flo­rian

L'officiel Art - - Sommaire -

Pour sa sai­son 2017-2018, la fon­da­tion Car­rie­ro de Mi­lan met à l’hon­neur l’un des ar­tistes amé­ri­cains ayant mar­qué l’his­toire de l’art du XXe siècle : Sol LeWitt. Sous le com­mis­sa­riat de Fran­ces­co Stoc­chi et Rem Kool­haas, et en par­te­na­riat avec l’Es­tate of Sol LeWitt, l’ex­po­si­tion “Bet­ween the Lines” ex­plore la re­la­tion entre l’ar­chi­tec­ture et le tra­vail de l’ar­tiste mi­ni­ma­liste, dix ans après sa mort. L’OF­FI­CIEL ART : D’où vient l’idée de cette ex­po­si­tion ? Il est plu­tôt in­ha­bi­tuel de voir un his­to­rien d’art et un ar­chi­tecte s’as­so­cier pour or­ga­ni­ser l’ex­po­si­tion per­son­nelle d’un ar­tiste. Comment a com­men­cé le dia­logue entre vous ? Et pour­quoi Sol LeWitt ? FRAN­CES­CO STOC­CHI : Il s’agis­sait, dans le cadre du pro­gramme d’ex­po­si­tions de la Fon­da­zione Car­rie­ro, de pré­sen­ter sous un jour nou­veau le tra­vail d’une fi­gure émi­nente du XXe siècle. En pro­po­sant une ap­proche sin­gu­lière, nous es­pé­rons dé­voi­ler un angle in­édit. Re­mettre en cause la per­cep­tion cou­rante que l’on peut avoir d’un ar­tiste, c’est of­frir une meilleure com­pré­hen­sion de son oeuvre. Con­cer­nant Sol LeWitt, j’ai na­tu­rel­le­ment re­cher­ché cette ap­proche du cô­té de l’ar­chi­tec­ture, et le dia­logue avec Rem Kool­haas s’est avé­ré dy­na­mique, franc et pas­sion­né. Comment les oeuvres de Sol LeWitt s’ins­crivent-elles dans l’es­pace de la Fon­da­tion, un bâ­ti­ment du XVe siècle dont l’in­té­rieur a été ré­no­vé dans les an­nées 1990 par Gae Au­len­ti ? Dans la me­sure où la concep­tion de l’es­pace propre à un com­mis­saire (plus in­tui­tive que tech­nique, sans doute) n’est pas né­ces­sai­re­ment la même que celle d’un ar­chi­tecte, que l’on peut ima­gi­ner plus spé­ci­fique et prag­ma­tique. Comment avez vous conci­lié vos deux ap­proches de l’es­pace, à sup­po­ser qu’elles soient en ef­fet dif­fé­rentes, dans cette ex­po­si­tion ? Les es­paces de la Fon­da­zione Car­rie­ro ont dé­ter­mi­né les contours du pro­jet. Pas une seule pièce ne res­semble à une autre, les hau­teurs sous pla­fond va­rient, tout comme les ma­té­riaux, et les angles sont ra­re­ment à 90 de­grés…

Ces li­mites sus­citent des idées et donnent forme à de nou­velles pos­si­bi­li­tés. Avec une pré­sence si pré­gnante de l’ar­chi­tec­ture, nous avons vou­lu ex­plo­rer la pré­do­mi­nance de l’oeuvre de Sol LeWitt sur celle-ci, en ren­ver­sant le concept d’in si­tu. Pour al­ler un peu plus avant sur la mons­tra­tion elle-même. Quelles oeuvres comp­tez-vous ex­po­ser ? Comment l’ex­po­si­tion se­ra-t-elle struc­tu­rée ? L’ex­po­si­tion “Bet­ween the lines” pré­sente plu­sieurs des­sins mu­raux, mais aus­si une sé­lec­tion de sculp­tures, ré­centes ou non, cou­vrant di­verses sé­ries comme “Com­plex Form” ou “Han­ging Struc­tures”, ain­si que des pho­to­gra­phies. Nous avons op­té pour une ap­proche ho­lis­tique de cet ar­tiste sur­tout connu pour ses des­sins mu­raux, car nous sommes convain­cus que ses di­verses oeuvres sont étroi­te­ment liées, et que cha­cune d’elles est plus li­sible au re­gard de l’en­semble. Dans ses oeuvres comme dans ses écrits, Sol Lewitt peut être consi­dé­ré comme l’un des pre­miers par­ti­sans d’un art concep­tuel. Pour lui, le pro­ces­sus men­tal d’un ar­tiste peut être plus in­té­res­sant que le ré­sul­tat fi­nal. Ju­gez-vous tou­jours va­lide au­jourd’hui cette pro­po­si­tion ti­rée de ses Phrases sur l’art concep­tuel (1969) : “L’idée en soi, même non ma­té­ria­li­sée, n’est pas moins une oeuvre d’art que le pro­duit ache­vé” ? Moins qu’à l’époque où il l’a énon­cée. Les Pa­ra­graphes sur l’art concep­tuel (1967) et les Phrases sur l’art concep­tuel (1969) de LeWitt, ses deux textes les plus cé­lèbres, sont in­trin­sè­que­ment liés à l’époque de leur ré­dac­tion. Cette pé­riode de ré­ac­tion et de né­ga­tion, qui a même conduit à la dé­ma­té­ria­li­sa­tion de l’ob­jet, est peut-être la der­nière ma­ni­fes­ta­tion de l’avant-garde que nous ayons connue. Je di­rais qu’au­jourd’hui c’est plu­tôt l’in­verse qui se­rait per­ti­nent, si tou­te­fois nous de­vions cé­der à de sem­blables im­pul­sions contes­ta­taires ! A l’époque, c’était une ma­nière de pro­po­ser une nou­velle or­ga­ni­sa­tion de la pen­sée ; au­jourd’hui, l’ins­ti­tu­tion uni­ver­si­taire pro­pose elle-même cette mé­thode, elle l’en­seigne, ce qui mo­di­fie ra­di­ca­le­ment la né­ces­si­té et les mo­ti­va­tions en jeu. “Sol LeWitt, Bet­ween the Lines”, ex­po­si­tion du 17 no­vembre 2017 au 23 juin 2018, Fon­da­zione Car­rie­ro, via Ci­no del Du­ca 4, 20122 Mi­lan, Ita­lie, fon­da­zio­ne­car­rie­ro.org

OEuvres de Sol LeWitt.

De gauche à droite, oeuvres de Sol LeWitt.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.