“C’est mon comp­table qui va gé­rer la mise en place du pré­lè­ve­ment à la source”

L'Officiel de La Franchise - - PREMIERS PAS EN FRANCHISE -

Pour Da­mien Camier, fran­chi­sé Mon­ceau Fleurs en Îlede-France, le pré­lè­ve­ment à la source n’est pas un mo­tif d’in­quié­tude. “C’est mon comp­table, ex­ter­na­li­sé, qui va gé­rer la mise en place de cette ré­forme. Il a d’ores et dé­jà re­çu les taux qui se­ront ap­pli­qués sur les sa­laires et qui per­met­tront de pré­le­ver le mon­tant de l’im­pôt”, ex­plique-t-il. Avec son comp­table, il a lon­gue­ment dis­cu­té de la ré­forme pour bien la com­prendre à titre per­son­nel. Son seul sou­ci : que ses sa­la­riés croient que c’est lui qui cal­cule l’im­pôt. “Je ne vou­drais pas qu’ils viennent s’adres­ser à moi en cas de pro­blème, si le taux ap­pli­qué n’est pas le bon par exemple”, in­dique le fran­chi­sé. Pour évi­ter ce genre de si­tua­tion, Da­mien Camier a ré­di­gé un cour­rier qu’il a trans­mis à cha­cun de ses sa­la­riés pour leur ex­pli­quer les te­nants et les abou­tis­sants du pré­lè­ve­ment à la source. “Dans ce cour­rier, j’ai bien ex­pli­qué qu’il fal­lait s’adres­ser à l’ad­mi­nis­tra­tion fis­cale en cas de pro­blème et que ce n’était pas moi, leur em­ployeur, qui jouait le rôle des im­pôts”, dé­crit-il. Un cour­rier bien ac­cep­té par les sa­la­riés qui semblent, aux dires de Da­mien Camier, avoir bien com­pris le mes­sage.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.