Ins­ti­tu­tion­nel

Le dia­logue fran­chi­seur-fran­chi­sés au coeur de la réus­site de la fran­chise

L'Officiel de La Franchise - - SOMMAIRE -

Afin de s'ins­tal­ler dans la du­rée, le ré­seau de fran­chise doit mettre en place la meilleure or­ga­ni­sa­tion pos­sible, en s’ap­puyant sur un ou­til in­dis­pen­sable : le dia­logue ! Il s’agit d’une no­tion fon­da­men­tale qui fi­gure dans le Code de dé­on­to­lo­gie européen de la fran­chise : “Le fran­chi­seur doit fa­vo­ri­ser un dia­logue per­ma­nent et struc­tu­ré entre son or­ga­ni­sa­tion et les fran­chi­sés en fa­vo­ri­sant des ins­tances de concer­ta­tion. Le fran­chi­sé doit s’im­pli­quer dans la vie du ré­seau et contri­buer à l’in­té­rêt gé­né­ral de ce­lui­ci”. De plus, les évo­lu­tions du monde du com­merce et des modes de consom­ma­tion ren­forcent la né­ces­si­té de pro­mou­voir les ins­tances de concer­ta­tion entre fran­chi­seurs et fran­chi­sés. Pour per­mettre un échange per­ma­nent et struc­tu­ré, il est re­com­man­dé que le fran­chi­seur or­ga­nise le dia­logue avec ses fran­chi­sés par la mise en oeuvre d’ins­tances de dia­logue per­met­tant no­tam­ment l’in­ter­ac­tion sur les pra­tiques com­mer­ciales, l’op­ti­mi­sa­tion de l’ani­ma­tion ou d’autres spé­ci­fi­ci­tés du ré­seau… Ces ins­tances doivent fa­vo­ri­ser la dé­fense des in­té­rêts su­pé­rieurs du ré­seau et ne pas être un lieu de dé­bats liés à des in­té­rêts d’ordre in­di­vi­duel. Les ins­tances de dia­logue per­mettent de ren­for­cer la co­hé­sion du ré­seau et le rendent plus fort sur leur mar­ché. Les champs d’exer­cice du fran­chi­seur, du fran­chi­sé, et ceux com­muns aux deux, de­vront être clai­re­ment iden­ti­fiés. Le dia­logue doit éga­le­ment être ren­for­cé dans les mo­ments de fra­gi­li­té du ré­seau (re­struc­tu­ra­tion, chan­ge­ment d’ac­tion­naire,…). La forme de l’ins­tance de dia­logue est li­bre­ment dé­ter­mi­née par le ré­seau : il faut ac­cor­der de la sou­plesse au mode d’or­ga­ni­sa­tion du dia­logue pour per­mettre l’ex­pres­sion des spé­ci­fi­ci­tés cultu­relles de chaque ré­seau. La structure qui va l’ac­cueillir peut ain­si avoir di­verses formes : il peut s’agir de com­mis­sions de tra­vail thé­ma­tiques, de co­mi­tés d’en­seigne, de co­mi­tés consul­ta­tifs, de réunions ré­gio­nales, de conven­tions na­tio­nales ou in­ter­na­tio­nales, d’as­so­cia­tions, de grou­pe­ments d’in­té­rêt éco­no­mique et plus gé­né­ra­le­ment, de toute forme de ren­contre des membres du ré­seau. Le dia­logue est éga­le­ment fa­ci­li­té par l’ani­ma­teur du ré­seau dont les com­pé­tences doivent per­mettre la prise en compte des ca­rac­té­ris­tiques de fonc­tion­ne­ment du ré­seau et de ses ac­teurs. La “culture ré­seau” en fran­chise est une “culture de l’hu­main”. La force du ré­seau ré­sulte de la confiance entre le fran­chi­seur et les fran­chi­sés. La confiance est la ré­sul­tante du sa­voir-être des ac­teurs du ré­seau ba­sé sur la trans­pa­rence, le res­pect, la loyau­té et l’en­ga­ge­ment ré­ci­proque…

“Les ins­tances de dia­logue per­mettent de ren­for­cer la co­hé­sion du ré­seau”

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.