Concept

- Gé­mo mise sur l’om­ni­ca­nal et un style ur­bain - Eco­lave se fixe - Coup de cha­leur chez Pi­card

L'Officiel de La Franchise - - SOMMAIRE -

Mo­derne, de­si­gn et co­lo­ré. Voi­là à quoi res­semble le nou­veau concept de bou­tiques pré­sen­té par Gé­mo lors d’une confé­rence de presse jeu­di 8 no­vembre. L’en­seigne du groupe Eram, créée en 1991, a dé­ci­dé d’amor­cer un lif­ting de ses points de vente en mi­sant sur un style plus ur­bain et en faisant ap­pel aux nou­velles tech­no­lo­gies. L’ob­jec­tif est simple pour la marque : s’ins­tal­ler dans de nou­velles zones de flux telles que les centres com­mer­ciaux et ain­si capter une nou­velle ty­po­lo­gie de clien­tèle. “Tout en gar­dant nos clients his­to­riques. Ils sont 5 mil­lions à être adhé­rents au pro­gramme de fi­dé­li­té et re­pré­sentent 60 % du chiffre d’af­faires, dé­taille Hu­bert Au­bry, di­rec­teur gé­né­ral de Gé­mo. Nous fai­sons donc évo­luer notre concept en adop­tant des codes cou­leurs plus pé­tillants et un mer­chan­di­sing plus abou­ti mais nous conser­vons notre ADN : c’est-à-dire que nous res­tons une marque simple et ac­ces­sible à tous.”

CLICK AND COLLECT

His­to­ri­que­ment im­plan­té en pé­ri­phé­rie dans des bâ­ti­ments so­los, Gé­mo a amor­cé un vé­ri­table vi­rage stra­té­gique en inau­gu­rant cette an­née deux ma­ga­sins dans des centres com­mer­ciaux. Le pre­mier a ain­si vu le jour près du Havre à Mon­ti­vil­liers (76) en mai der­nier tan­dis que le se­cond a ou­vert ses portes il y a un mois à Basse-Gou­laine (44), à cô­té de Nantes. Outre un style dé­co­ra­tif plus ur­bain, faisant la part belle au street art et aux ma­té­riaux bruts, ce nou­veau concept a été pen­sé pour amé­lio­rer le par­cours clients en ma­ga­sin et no­tam­ment ceux qui font ap­pel aux nou­velles tech­no­lo­gies. Ain­si, un es­pace “Take away” a été conçu et pla­cé à l’en­trée du ma­ga­sin afin de per­mettre aux clients adepte du click and collect et ayant ache­té un pro­duit sur le site In­ter­net de ve­nir le ré­cu­pé­rer plus ra­pi­de­ment. “Cela évite tous les ir­ri­tants du ma­ga­sin phy­sique comme le pas­sage en caisse, les files d’at­tente”, in­siste Yvan So­guet, di­rec­teur re­tail. D’autres ser­vices comme la e-ré­ser­va­tion ou la com­mande en ma­ga­sin, per­met­tant de se pro­cu­rer un pro­duit qui n’est plus disponible en stock, sont éga­le­ment tes­tés et de­vraient être dé­ployés à l’en­semble du ré­seau dans les pro­chains mois. Pour ac­com­pa­gner cette dé­marche, des ta­blettes sont à dis­po­si­tion des ven­deurs qui peuvent mieux ré­pondre aux de­mandes des clients en ef­fec­tuant di­rec­te­ment la com­mande. Autre as­pect im­por­tant pour Gé­mo : l’es­pace dé­dié aux ca­bines d’es­sayage qui a été conser­vé et même amé­lio­ré. “C’est un élé­ment de confort su­per im­por­tant pour nos clients, af­firme Hu­bert Au­bry. Donc nous avons fait le choix de conser­ver des ca­bines spa­cieuses, où l’on a mis de la dé­co­ra­tion, et des ser­vices comme la re­touche. Une ma­chine à ca­fé, disponible gra­tui­te­ment, y est même ins­tal­lée. Les clients adorent !”

PAR­TI PRIS

Avec ce nou­veau mo­dèle de ma­ga­sin, Gé­mo se­ra tou­te­fois obli­gé de faire des choix dans la sé­lec­tion de ses pro­duits car la sur­face de vente est lé­gè­re­ment plus pe­tite. “Nous ne pou­vons pas trai­ter un ma­ga­sin de centre com­mer­cial comme nous trai­tons un ma­ga­sin de pé­ri­phé­rie, in­siste Yvan So­guet. D’abord parce que la ca­pa­ci­té li­néaire n’est pas la même et puis sur­tout car nous de­vons adap­ter l’offre en fonc­tion de la concur­rence di­recte.” Ain­si, à titre d’exemple, le ma­ga­sin de Basse-Gou­laine re­cense en­vi­ron 8 000 ré­fé­rences sur les 17 000 pro­po­sées par Ge­mo, avec cer­tains seg­ments qui ont été ren­for­cés comme la chaus­sure de sport ou bien la ma­ro­qui­ne­rie. “C’est dans ces points de vente plus pe­tits que l’om­ni­ca­nal prend tout son sens”, ajoute Hu­bert Au­bry.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.