Mon­cler, l’amour de l’art —

L'officiel - - SOMMAIRE - PAR SO­PHIE RO­SE­MONT

Au bord du fleuve Ar­no, à deux pas du cé­lèbre Ponte Vec­chio, s'élève le pa­lais Spi­ni Fe­ro­ni, fief de la mai­son Salvatore Fer­ra­ga­mo de­puis les an­nées 1930. Au rez-de-chaus­sée, la bou­tique. Au sous-sol, le mu­sée. Les étages, eux, sont consa­crés aux bu­reaux de la marque : entre fresques bi­bliques, lu­mi­naires des an­nées 1950 et pein­tures du xixe, s'illustre une éton­nante mul­ti­tem­po­ra­li­té ar­tis­tique. Sans ou­blier une mi­nus­cule cha­pelle char­gée d'ors… Le mu­sée se dis­tingue aus­si par de nom­breux tré­sors, par­mi les­quels 15 000 paires de chaus­sures (!), des gra­vures, des pu­bli­ci­tés vin­tage et des ta­bleaux is­sus de la col­lec­tion de la fa­mille Fer­ra­ga­mo. On ad­mire les formes en bois des sou­liers de Ma­ri­lyn Mon­roe, Lauren Ba­call ou en­core Au­drey Hep­burn, et on croise un puits ja­dis uti­li­sé par les femmes flo­ren­tines, bap­ti­sé Béa­trice en hom­mage au grand amour de Dante. Comme nous l'ex­plique la di­rec­trice du mu­sée, Ste­fa­nia Ric­ci, “il ne s’agit pas, comme la plu­part des fon­da­tions d’en­seignes de mode, d’ex­plo­rer l’art contem­po­rain, mais plu­tôt de dé­cli­ner l’his­toire per­son­nelle de Salvatore Fer­ra­ga­mo et de cul­ti­ver le lien an­ces­tral qui le liait à Florence, sans faire une pu­bli­ci­té sim­pliste de ses pro­duits. L’ex­po­si­tion ‘A Pa­lace & the Ci­ty’ en té­moigne.” En ef­fet, celle-ci nous plonge dans les mésa­ven­tures po­li­tiques, so­ciales et lit­té­raires d'un lieu qui fut l'hô­tel de ville de Florence. Au Pa­lais Fe­ro­ni, on ra­conte sur­tout le conte de fées d'un créa­teur qui fit son nom à Hol­ly­wood avant de re­ve­nir au ber­cail, peu après le krach amé­ri­cain de 1929. Au­jourd'hui, la griffe s'est taillé la part du lion dans l'uni­vers du luxe. Et ce grâce à la vi­sion hau­te­ment stra­té­gique de Mi­chele Norsa, CEO de Salvatore Fer­ra­ga­mo de­puis bien­tôt dix ans. “Nous avons re­pen­sé les bou­tiques, élar­gi les ho­ri­zons, no­tam­ment au­près du mar­ché asia­tique, re­tra­vaillé nos cam­pagnes, fait de nos dé­fi­lés des évé­ne­ments au mu­sée du Louvre ou dans les temples de Kyo­to, et nous sommes re­ve­nus à des cou­leurs plus vives… Mais sans rup­ture ra­di­cale avec l’es­prit de la mai­son.” Un es­prit qui se re­trouve dans les chaus­sures, les cein­tures et les sacs, et un prêt-à-por­ter se nour­ris­sant du sa­voir-faire made in Ita­ly. Le tout sans être os­ten­ta­toire. Mi­chele Norsa in­siste : Fer­ra­ga­mo ne se dis­perse pas dans de mul­tiples li­cences et évite la sur­en­chère de lo­gos. Son élé­gance et son au­then­ti­ci­té se nour­rissent d'un at­ta­che­ment vis­cé­ral à Florence, que la mai­son va à nou­veau prou­ver en par­ti­ci­pant à la ré­ou­ver­ture pro­chaine de huit salles du lé­gen­daire mu­sée des Of­fices.

L’ex­po­si­tion “A Pa­lace & the Ci­ty”, jus­qu’au 3 avril à Florence, confirme le lien in­dé­fec­tible du chaus­seur des stars à sa Tos­cane

na­tale et à l’ his­toire du gla­mour hol­ly­woo­dien.

Di­plô­mé en 1971 de la pres­ti­gieuse uni­ver­si­té ca­tho­lique de Mi­lan, ce bu­si­ness­man aver­ti et po­ly­glotte a un long par­cours der­rière lui : Riz­zo­li, Be­net­ton, Mon­da­do­ri ou en­core Va­len­ti­no. Son ar­ri­vée en 2006 à la tête de Salvatore

Fer­ra­ga­mo a mar­qué un vé­ri­table re­tour aux sources du chic pour la mai­son ita­lienne.

Ce qui lui vaut au­jourd’hui d’at­teindre une cible plus jeune et, contre toute at­tente, de faire par­tie des trois marques de luxe pré­fé­rées des Fran­çais ! “J’avais une idée du po­ten­tiel im­mense de la marque, mais les ré­sul­tats dé­passent mes es­pé­rances”, avoue-t-il avec modestie. Le meilleur reste sans doute à ve­nir.

1. SALVATORE FER­RA­GA­MO AVEC AU­DREY HEP­BURN (1954). 2. FIAM­MA FER­RA­GA­MO ET SES CRÉA­TIONS (1967). 3. L’ATE­LIER (1937). 4. SAN­DALE EN CHE­VREAU ET TA­LON EN LAI­TON (1930) ET SOU­LIER EN SA­TIN RE­BRO­DÉ DE PERLES (1963). 5. UNE VUE DU MU­SÉE. PAGE DE DROITE...

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.