L’AMOUR DE L’ART

L'officiel - - SAVOIR VIVRE - PAR LÉA TRICHTER-PARIENTE

Les plus grands noms de la pho­to­gra­phie contem­po­raine ont ré­pon­du à l’ap­pel de Mon­cler : pour sou­te­nir l’amfar, ils ont im­mor­ta­li­sé l’ico­nique dou­doune “Maya”.

Lorsque créa­ti­vi­té et gé­né­ro­si­té sont réunies, le ré­sul­tat est sou­vent bou­le­ver­sant. La vente aux en­chères, or­ga­ni­sée le 11 sep­tembre der­nier par Mon­cler à la New York Pu­blic Li­bra­ry, a créé l’évé­ne­ment en pleine fashion week new-yor­kaise. Trente-deux cli­chés, si­gnés par les pho­to­graphes les plus ré­pu­tés, dont Bruce We­ber, An­nie Lei­bo­vitz, Da­vid Sims, Pao­lo Ro­ver­si, Pa­trick De­mar­che­lier ou Pe­ter Lind­bergh, ont été ad­ju­gés au cours d’une vente aux en­chères, en salle à New York et sur le site in­ter­net Paddle8. À l’ori­gine de ce pro­jet? Re­mo Ruf­fi­ni, pré­sident de Mon­cler, qui a ima­gi­né cette ma­ni­fes­ta­tion in­ti­tu­lée Art for Love pour ve­nir en aide à l’ac­tion de l’amfar dont l’ob­jec­tif est de trou­ver d’ici 2020 un trai­te­ment pour soi­gner le si­da. En­ga­gé aux cô­tés de l’amfar de­puis dé­jà trois ans, à l’oc­ca­sion du cé­lèbre ga­la de bien­fai­sance Ci­ne­ma Against Aids or­ga­ni­sé pen­dant le Fes­ti­val de Cannes, Re­mo Ruf­fi­ni marque le coup et offre un nou­veau cha­pitre par­ti­cu­liè­re­ment émou­vant dans l’his­toire de la marque et de la fon­da­tion: “Les pro­grès réa­li­sés grâce à l’amfar dans le do­maine de la re­cherche, de la pré­ven­tion et de l’édu­ca­tion ne font que ren­for­cer mon en­thou­siasme pour cette in­croyable cause”, ex­plique-t-il. Épau­lé par Fa­bien Ba­ron, qui a or­ches­tré ce pro­jet sans pré­cé­dent en qua­li­té de com­mis­saire, le pa­tron de Mon­cler a choi­si l’amour comme fil rouge de cette ac­tion. Ex­po­sées côte à côte et réunies dans un ou­vrage of­fert aux in­vi­tés de la vente, les oeuvres re­tracent un voyage émo­tion­nel et un par­cours iti­né­rant mê­lant vie, na­ture et art. Les ar­tistes ont dé­peint à leur ma­nière et avec leur propre lan­gage et sen­si­bi­li­té la force et la beau­té de l’amour. Seul point com­mun entre les oeuvres, la my­thique dou­doune “Maya”, qui est le sym­bole de la mai­son Mon­cler de­puis la fin des an­nées 1950. Re­vi­si­tée sous toutes ses cou­tures par ces maîtres de l’ob­jec­tif, la dou­doune a pris à tra­vers ces pho­to­gra­phies des al­lures tan­tôt pop, tan­tôt sur­réa­liste, hu­mo­ris­tique ou tout sim­ple­ment poé­tique.

LACHLAN BAI­LEY

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.