De l’in­no­va­tion en vogue à la vague d’in­no­va­tions

L'Opinion - - News -

EN MARS DER­NIER, les uti­li­sa­teurs du site Dé­cath­lon Créa­tion ont été in­for­més de sa conver­sion en pla­te­forme de test des pro­duits de la marque. Ce site, créé à l’ini­tia­tive d’un sa­la­rié de l’en­tre­prise, vi­sait à as­so­cier les clients à la concep­tion des pro­duits via une boîte à idées et des chal­lenges créatifs (Voir la des­crip­tion de Va­lé­rie Mé­rin­dol dans In­no­ver en en­tre­prise : de l’in­can­ta­tion à l’ac­tion, Note de l’Ins­ti­tut de l’en­tre­prise, mars 2017).

La co- créa­tion est un des ou­tils mo­bi­li­sés par les en­tre­prises pour in­ven­ter de nou­veaux pro­duits ou ser­vices. L’en­jeu de cette mé­thode ? « Col­ler » aux at­tentes des uti­li­sa­teurs et in­vi­ter les col­la­bo­ra­teurs de l’en­tre­prise à ré­flé­chir et tra­vailler au­tre­ment. Fab labs, tiers lieux, ha­cka­tons, col­la­bo­ra­tions avec des start-up… sont au­tant de stra­té­gies et de moyens dé­ployés par les grandes en­tre­prises pour dif­fu­ser en leur sein une culture de l’in­no­va­tion. Ces dis­po­si­tifs pour­ront par­fois faire sou­rire. Cer­tains sont pro­ba­ble­ment cos­mé­tiques mais gar­dons- nous des cri­tiques car la dif­fi­cul­té est grande. Pour les en­tre­prises, in­no­ver reste un exer­cice émi­nem­ment dif­fi­cile, dont le pre­mier écueil est ce­lui de l’ef­fet de mode.

Sché­mas nou­veaux.

« L’in­no­va­tion ne se dé­crète pas, elle se ma­nage » , pré­cise Va­lé­rie Mé­rin­dol, qui en iden­ti­fie les fac­teurs de suc­cès. L’in­no­va­tion naît au croi­se­ment de deux mou­ve­ments : l’un, des­cen­dant, est ce­lui de la vi­sion que les di­ri­geants doivent par­ta­ger ; l’autre, as­cen­dant, ce­lui des idées, des ex­pé­ri­men­ta­tions, qui émergent au plus près du ter­rain. L’in­no­va­tion doit im­pé­ra­ti­ve­ment être concrète, prise au sé­rieux par les di­ri­geants, ré­com­pen­sée par la réa­li­sa­tion et la va­lo­ri­sa­tion du pro­jet. Ce ma­na­ge­ment obéit à des sché­mas nou­veaux pour les en­tre­prises et ces ou­tils (smart, lab ou co­quelque chose) n’ont d’autre ob­jec­tif que ce­lui d’en­cou­ra­ger ces nou­velles dy­na­miques.

In­no­ver est un en­jeu ma­jeur pour les en­tre­prises, tant pour res­ter dans la course que pour at­ti­rer les ta­lents. Le numérique dope l’in­no­va­tion au sens où il « donne le pou­voir » d’in­no­ver – tra­duc­tion choi­sie par Nu­ma ( qui ac­cé­lère les start- up et ac­com­pagne les en­tre­prises) de ce fa­meux terme d’em­po­werment. Les jeunes les plus qua­li­fiés ne s’y trompent pas. C’est en par­tie parce qu’ils ont cette en­vie de cons­truire et que le numérique leur per­met de ten­ter l’aven­ture, qu’ils pri­vi­lé­gient de plus en plus la créa­tion de start-up à un dé­but de car­rière dans une grande en­tre­prise. Dé­ve­lop­per ou en­tre­te­nir une culture de l’in­no­va­tion est une des condi­tions de l’at­trac­ti­vi­té des ac­teurs éta­blis. In­no­ver est éga­le­ment un en­jeu pour les sa­la­riés qui ac­quièrent ou dé­ve­loppent ain­si des com­pé­tences d’ave­nir : ca­pa­ci­té à tra­vailler en équipes plu­ri­dis­ci­pli­naires ou en com­mu­nau­tés, ap­ti­tude à ac­tua­li­ser en per­ma­nence ses sa­voirs et à dé­ve­lop­per sa cu­rio­si­té, son sens des res­pon­sa­bi­li­tés et… une forme d’hu­mi­li­té.

La pla­te­forme Dé­cath­lon Créa­tion a été fer­mée : 18 000 uti­li­sa­teurs, 1 400 idées, 40 pro­jets me­nés. Que re­te­nir de cet exemple ? 1. La co-créa­tion, comme le dé­ploie­ment de ce type d’ou­tils, reste un pa­ri. 2. Ce dis­po­si­tif a pro­ba­ble­ment contri­bué à ren­for­cer les pro­ces­sus d’in­no­va­tion de l’en­tre­prise et les ré­flexes des col­la­bo­ra­teurs. Erell The­ve­non-Poul­len­nec est di­rec­trice des études de l’Ins­ti­tut de l’en­tre­prise.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.