Des bou­teilles gor­gées de so­leil

L'Opinion - - Vins D’été - Textes Re­naud Bel­le­ville @re­naud­bell­ville

La Croix, la haute cou­ture de Saint-Tro­pez

LE DO­MAINE PHARE du pré­sident de Vi­ven­di, La Croix, dans la pres­qu’île de Saint-Tro­pez s’af­firme d’an­née en an­née comme une des stars de l’ap­pel­la­tion Côtes de Pro­vence. Et pas seule­ment parce qu’avec 90 hec­tares c’est le plus éten­du des crus clas­sés en 1955. Ayant en­ga­gé de grands moyens pour le do­ter d’un chai haute tech­no­lo­gie de 3 500 mètres car­rés, en­ter­ré huit mètres sous terre, Vincent Bol­lo­ré a confié à Pas­cale An­drieux le soin d’as­su­rer la mon­tée en gamme du Do­maine de La Croix. Sym­bole des vins es­ti­vaux al­liant fi­nesse, élé­gance et fraî­cheur, les cu­vées bap­ti­sées Eloge et Or­gan­di sont des ro­sés de Pro­vence de qua­li­té. No­tam­ment Or­gan­di 2016, à la robe rose pâle et aux sa­veurs exo­tiques, ven­du 22 eu­ros la bou­teille.

Saint Mont, des ro­sés très abor­dables

SI­TUÉE ENTRE L’AT­LAN­TIQUE, le Gers et les Py­ré­nées, l’ap­pel­la­tion Saint Mont offre de sa­vou­reux ro­sés à base de cé­pages tan­nat, pi­nenc et ca­ber­net sau­vi­gnon. Les cu­vées de la co­opé­ra­tive Plai­mont « un air de cam­pagne « et « océa­nide » aux arômes de fruits rouges et à la fraî­cheur gour­mande sont dis­po­nibles aux prix très abor­dables de 4,50 et 5 eu­ros. Plai­mont pro­pose aus­si un dé­li­cieux blanc AOC Saint Mont bap­ti­sé « Bé­ret Blanc » réa­li­sé avec des cé­pages lo­caux comme le gros mar­seng et le pe­tit cour­bu.

Châ­teau de La Ri­vière, un bor­deaux ro­sé tout en fraî­cheur

PLUS GRAND DO­MAINE de l’ap­pel­la­tion Fron­sac avec 65 hec­tares de vignes, La Ri­vière ne pro­duit pas seule­ment de grands rouges. De­puis quelques an­nées, le do­maine di­ri­gé par Xa­vier Buf­fo réa­lise un ro­sé de pres­sé ré­sul­tant d’un as­sem­blage de 90 % de mer­lot et 10 % de ca­ber­net sau­vi­gnon. D’une robe à la pâ­leur im­pres­sion­nante, le Châ­teau de La Ri­vière ro­sé 2016 aux arômes de fruits mé­di­ter­ra­néens et à la bouche vive et fraîche est pro­duit en quan­ti­té mo­dé­rée (15 500 bou­teilles et 250 mag­nums). Il est ven­du 10 eu­ros la bou­teille. Le Châ­teau lance par ailleurs cet été son pre­mier Fes­ti­val plu­ri­cul­tu­rel « Con­fluent d’arts » du 6 au 8 juillet, mê­lant théâtre, ci­né­ma et dé­gus­ta­tion de vins.

La Cen­drillon, l’étoile des Cor­bières

Cou­vrant une cin­quan­taine d’hec­tares au coeur des Cor­bières, à proxi­mi­té de Nar­bonne, le Do­maine de La Cen­drillon s’est conver­ti à l’agri­cul­ture bio­lo­gique sous la hou­lette de son nou­veau pro­prié­taire Ro­bert Joyeux. Pour cette pé­riode es­ti­vale, il pro­pose no­tam­ment un sa­vou­reux ro­sé 2016, « Mi­nuit », à do­mi­nante de mour­vèdre, ré­col­té ma­nuel­le­ment, tout en fi­nesse et en dé­li­ca­tesse. Il est ven­du 12,50 eu­ros. Son Blanc 2015 « Nuance » re­mar­quable de fraî­cheur, d’équi­libre et d’onc­tuo­si­té est pro­po­sé à 16 eu­ros.

Les Mu­raires, le ro­sé de Pro­vence de Ber­nard Ma­grez

Ber­nard Ma­grez ne col­lec­tionne pas que les grands crus bor­de­lais. Il pos­sède aus­si un beau do­maine en Pro­vence, le Châ­teau des Mu­raires, à cô­té du Luc, au coeur de l’ar­rière- pays va­rois. Ce vin tra­duit sa pas­sion pour les grands vins ro­sés. Il est dé­cli­né en plu­sieurs cu­vées : « Douce vie », un ro­sé de plai­sir, lé­ger et frui­té, Châ­teau des Mu­raires, « Sé­duc­tion », un vin à la robe sau­mon brillant, à la tex­ture ve­lou­tée et har­mo­nieuse et « L’Ex­cel­lence » des Mu­raires, un nec­tar de gas­tro­no­mie, éle­vé en bar­riques pen­dant quatre mois, à la fois élé­gant, rond et ve­lou­té.

Do­maines Ott, un trio en­so­leillé

De­puis leur ra­chat par l’em­blé­ma­tique Cham­pagne Louis Roe­de­rer, en 2004, les Do­maines Ott, fon­dés il y a un siècle par un al­sa­cien amou­reux de la Pro­vence, conti­nuent leur mon­tée en gamme. Ils viennent de se do­ter d’un nou­veau chai ul­tra- mo­derne de plus de 5 000 mètres car­rés. Ce qui per­met­tra au Châ­teau de Selle et au Clos Mi­reille, deux crus clas­sés de Côtes de Pro­vence et au Châ­teau Ro­mas­san, (Ban­dol) de pour­suivre leur pro­duc­tion de grands vins. No­tam­ment des ro­sés qui ont fait leur re­nom­mée. Tou­jours di­ri­gés par des membres de la fa­mille, Jean- Fran­çois et Ch­ris­tian Ott, les trois pro­prié­tés se dis­tinguent avec leurs ro­sés « coeur de grain » al­liant struc­ture et fi­nesse. Selle et Ro­mas­san pro­posent éga­le­ment des rouges tran­sis que Clos Mi­reille pro­duit un blanc de blancs à base de sé­millon et de rolle à la fraî­cheur aci­du­lée.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.