Les nuages s’amon­cellent au-des­sus d’Abe

A trois jours des élec­tions lo­cales à To­kyo, le Pre­mier mi­nistre ja­po­nais pour­rait su­bir un sé­rieux re­vers

L'Opinion - - Vins D’été - Claude Le­blanc @Ja­pon­line

Même sur le plan éco­no­mique, les bonnes nou­velles ne sont pas lé­gion pour le Pre­mier mi­nistre. Après avoir af­fir­mé en mai que la crois­sance ja­po­naise at­tei­gnait en rythme an­nua­li­sé un im­pres­sion­nant 2,2 %, le gou­ver­ne­ment a re­con­nu qu’il s’était trom­pé. Son PIB n’a fi­na­le­ment pro­gres­sé que de 0,3 % sur un tri­mestre, ce qui re­pré­sen­te­rait une hausse de 1 % en rythme an­nua­li­sé. DE­PUIS SON ÉCRA­SANTE VIC­TOIRE aux élec­tions lé­gis­la­tives de dé­cembre 2012 et lors de tous les autres scru­tins an­ti­ci­pés, le Par­ti li­bé­ral-dé­mo­crate (PLD) règne en maître sur la vie po­li­tique du Ja­pon. Son lea­der, le Pre­mier mi­nistre Shin­zo Abe, est par­ve­nu à im­po­ser son agen­da, y com­pris sur des thèmes aus­si sen­sibles que la Consti­tu­tion pa­ci­fiste de 1947 dont il a pro­mis une ré­vi­sion d’ici 2 020. Cette po­si­tion do­mi­nante s’ex­plique en grande par­tie par l’ab­sence au ni­veau na­tio­nal d’une op­po­si­tion digne de ce nom.

Lo­ca­le­ment, des per­son­na­li­tés ont réus­si à ra­vir des villes ou des ré­gions au PLD, mais le Par­ti dé­mo­crate, prin­ci­pale force d’op­po­si­tion, n’a tou­jours pas réus­si à se re­mettre de sa dé­route élec­to­rale de 2012 puisque, se­lon le der­nier son­dage pu­blié le 12 juin par la chaîne pu­blique NHK, il ne bé­né­fi­cie que de 7,9 % de bonnes opi­nions contre 36,4 % en fa­veur du PLD. Mal­gré ce contexte fa­vo­rable, l’étoile de Shin­zo Abe com- mence à pâ­lir. Ce­lui qui est en passe de battre le re­cord de lon­gé­vi­té à la tête d’un gou­ver­ne­ment au Ja­pon et pour­rait ob­te­nir une pro­lon­ga­tion de son man­dat à sa tête grâce à un chan­ge­ment de sta­tut au sein du PLD, a vu s’ac­cu­mu­ler les dif­fi­cul­tés de­puis quelques se­maines. Soup­çon­né de tra­fic d’in­fluence au pro­fit de deux écoles pri­vées, Mo­ri­to­mo Ga­kuen et Kake Ga­kuen, le Pre­mier mi­nistre semble avoir per­du une bonne par­tie de ses sou­tiens dans l’opi­nion après l’adop­tion dans des condi­tions très contro­ver- sées de la loi an­ti-conspi­ra­tion. Outre le ca­rac­tère ju­gé li­ber­ti­cide du texte, bon nombre de Ja­po­nais re­prochent à Shin­zo Abe d’avoir for­cé le vote pour évi­ter une pro­lon­ga­tion de la ses­sion par­le­men­taire afin de ne pas avoir à ré­pondre aux ques­tions de l’op­po­si­tion sur son im­pli­ca­tion di­recte dans l’af­faire des éta­blis­se­ments sco­laires.

Sa volte-face a été sé­vè­re­ment ju­gée par les Ja­po­nais puisque les son­dages réa­li­sés de­puis la mi- juin sou­lignent un ef­fon­dre­ment de sa cote de po­pu­la­ri­té. Dans l’en­quête pa­rue le 19 juin dans le Mai­ni­chi Shim­bun, quo­ti­dien de centre gauche, elle a ain­si chu­té de 10 points, à 36 %. Même le jour­nal ul­tra­con­ser­va­teur San­kei Shim­bun, plu­tôt fa­vo­rable au gou­ver­ne­ment, a en­re­gis­tré un re­cul de 8,5 %, à 47,6 % de bonnes opi­nions dans son ba­ro­mètre men­suel pa­ru le 18 juin. S’il se montre cir­cons­pect à l’égard de ces en­quêtes, le Pre­mier mi­nistre s’in­quiète en re­vanche de l’im­por­tante échéance élec­to­rale qui a lieu le 2 juillet à To­kyo.

En ef­fet, les To­kyoïtes sont in­vi­tés à re­nou­ve­ler leur as­sem­blée te­nue de­puis des an­nées par le PLD et son al­lié, le par­ti boud­dhiste Ko­mei­to. A la tête de la ca­pi­tale, Yu­ri­ko Koike est bien dé­ci­dée à re­mettre en cause cet ordre des choses. De­puis qu’elle a été élue l’an pas­sé, la gou­ver­neure mène un com­bat sans mer­ci contre le PLD, à tel point que sa for­ma­tion To­min First (Les To­kyoïtes d’abord) de­vance dé­sor­mais le Par­ti de Shin­zo Abe à quelques jours du scru­tin.

La ten­sion est à son comble, si bien qu’au sein du Par­ti li­bé­ral-dé­mo­crate, cer­tains com­mencent à perdre leur sang-froid. C’est le cas no­tam­ment de la mi­nistre de la Dé­fense, To­mo­mi Ina­da, prin­ci­pal sou­tien du Pre­mier mi­nistre, qui, lors d’une réunion élec­to­rale mar­di, a ap­pe­lé les élec­teurs à vo­ter pour sa for­ma­tion « en tant que mi­nistre de la Dé­fense, au nom du mi­nis­tère de la Dé­fense, des forces d’au­to­dé­fense et du PLD ». Re­met­tant en cause la neu­tra­li­té des mi­li­taires dans le dé­bat po­li­tique au mo­ment où cer­tains es­timent que le Ja­pon re­plonge dans l’am­biance des an­nées 1930, elle fra­gi­lise da­van­tage Shin­zo Abe et pour­rait ac­cé­lé­rer une crise po­li­tique que per­sonne n’ima­gi­nait pos­sible pen­dant son man­dat.

Shin­zo Abe semble avoir per­du une bonne par­tie de ses sou­tiens dans l’opi­nion après l’adop­tion très contro­ver­sée de la loi an­ti-conspi­ra­tion

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.