Sie­mens-Al­stom veut ré­sis­ter à l’ogre chinois CRRC

La prise de contrôle du fran­çais par l’al­le­mand conforte le spé­cia­liste des ma­té­riels de tran­sports pu­blics

L'Opinion - - La Une - Re­naud Bel­le­ville et Mu­riel Motte @re­naud­bell­ville @mu­riel­motte

La prise de contrôle du fran­çais par l’al­le­mand conforte le spé­cia­liste des ma­té­riels de tran­sports pu­blics

Le fran­çais Al­stom Trans­port et la branche mo­bi­li­té du géant al­le­mand viennent de consul­ter les ins­tances re­pré­sen­ta­tives de leurs per­son­nels dans le cadre de leur pro­jet de fu­sion. Les avis consul­ta­tifs ont été mi­ti­gés, mais la mon­tée en puis­sance du concur­rent chinois CRRC né­ces­site une ré­ponse forte des eu­ro­péens. PEN­DANT LA FU­SION, l’ex­pan­sion conti­nue. Alors que le ra­chat d’Al­stom Trans­port par Sie­mens, conclu l’au­tomne der­nier, ne se­ra ef­fec­tif qu’à la fin de cette an­née, la concur­rence chi­noise fonce à toute al­lure. Jus­qu’alors to­ta­le­ment ab­sent des Etats-Unis, CRRC a rem­por­té entre 2014 et 2017 les quatre ap­pels d’offres de mé­tro lan­cés par les villes de Bos­ton, Chi­ca­go, Los An­geles et Phi­la­del­phie. Sans même dis­po­ser d’usine sur place, le géant is­su de la fu­sion de deux en­tre­prises d’Etat, CNR et CSR, est su­bi­te­ment de­ve­nu un ac­teur in­con­tour­nable des in­fra­struc­tures de trans­port ur­bain amé­ri­caines.

Cette per­for­mance im­pres­sion­nante s’ins­crit dans un pro­ces­sus qui ne laisse pas d’in­quié­ter Sie­mens et Al­stom, même si ce der­nier a dé­cro­ché en 2016 le mé­ga- contrat d’un mon­tant d’ 1,8 mil­liard d’eu­ros pour la four­ni­ture de 28 trains à grande vi­tesse sur la ligne Wa­shing­ton-Bos­ton. Sou­te­nu par Pé­kin, l’ogre chinois est mé­tho­dique. Dans un pre­mier temps, CNR et CSR ont conso­li­dé leurs po­si­tions sur leur mar­ché do­mes­tique tout en in­té­grant des tech­no­lo­gies étran­gères. Puis le nou­veau CRRC s’est at­ta­qué aux mar­chés émer­gents d’Afrique, d’Amé­rique la­tine et d’Asie du Sud-Est. La der­nière étape cible les grands pays in­dus­tria­li­sés.

Outre les Etats-Unis et l’Aus­tra­lie, l’Eu­rope est évi­dem­ment dans son vi­seur. Un con­tinent abor­dé par l’Est avec des im­plan­ta­tions en Es­to­nie, en Bié­lo­rus­sie et en Ré­pu­blique tchèque. Avant l’ou­ver­ture il y a deux ans de bu­reaux à Bu­da­pest puis à Vienne pour ac­cé­lé­rer la dif­fu- sion des pro­duits de CRRC dans toute l’Eu­rope. Ce­la n’a pas em­pê­ché Sie­mens de rem­por­ter l’an der­nier un gros contrat de 550 mil­lions d’eu­ros pour la four­ni­ture de 34 rames des­ti­nées au mé­tro de la ca­pi­tale au­tri­chienne. Néan­moins, une étude du World Rail Mar­ket es­time que si CRRC at­teint ses ob­jec­tifs sur tous ses mar­chés, le vieux con­tinent pour­rait re­pré­sen­ter 36 % de ses re­ve­nus in­ter­na­tio­naux en 2020, soit 2,5 mil­liards d’eu­ros. Pa­ral­lè­le­ment, les construc­teurs eu­ro­péens ont vu leur poids dé­croître sen­si­ble­ment en Chine, pour tom­ber au­jourd’hui à 22 %. Une ten­dance qui semble as­sez iné­luc­table compte te­nu des règles de plus en plus dras­tiques pour les étran­gers mises en place par Pé­kin. Si Al­stom a en­gran­gé plus de 4 mil­liards d’eu­ros de contrats en 2017, no­tam­ment en Al­le­magne, en Ita­lie, en Afrique du Sud et en Ar­gen­tine, le fran­çais craint lui aus­si de plus en plus la concur­rence du bull­do­zer chinois. Un ar­gu­ment uti­li­sé par son pa­tron Hen­ri Poupart-La­farge pour jus­ti­fier son rap­pro­che­ment avec Sie­mens. Dé­jà ac­tif dans 26 pays, le géant chinois pos­sède 13 centres de R&D hors de l’Em­pire du Mi­lieu. Pour se confor­mer au « Buy ame­ri­can Act » de Wa­shing­ton, il a pro­mis de construire ra­pi­de­ment trois usines aux Etats-Unis.

L’union fait la force. Est-il pos­sible de ré­sis­ter au rou­leau com­pres­seur CRRC ? En 2016, ce der­nier a dé­pas­sé les 30 mil­liards de dol­lars de chiffre d’af­faires contre à peine 8 mil­liards pour Sie­mens et 7 mil­liards pour Al­stom dans les ma­té­riels de trans­port. Le ma­riage des eu­ro­péens en fe­ra un nu­mé­ro deux mon­dial un peu plus consis­tant, mais ne pe­sant en­core que la moi­tié du géant de Bei­jing. L’union fai­sant la force, le fu­tur Sie­mens-Al­stom de­vrait jouer la com­plé­men­ta­ri­té dans les trains à grande vi­tesse no­tam­ment. « Contrai­re­ment à ce que l’on en­tend sou­vent, il n’y a pas de concur­rence entre l’ICE et le TGV, es­time un in­dus­triel du sec­teur. L’ICE roule moins vite et a vo­ca­tion à des­ser­vir le ré­seau très dense des villes al­le­mandes, contrai­re­ment au TGV fran­çais, conçu pour cir­cu­ler à plus de 300 km/h sur de grandes dis­tances. Je ne vois pas sur quels mar­chés ils au­raient été concur­rents. »

En re­vanche, les deux groupes se livrent tou­jours une com­pé­ti­tion achar­née dans les ap­pels d’offres pour les tran­sports ur­bains, ce qui de­vrait se ra­tio­na­li­ser après la fu­sion. Si Al­stom est plus fort dans les ma­té­riels rou­lants, Sie­mens l’em­porte dans la si­gna­li­sa­tion, l’ac­ti­vi­té la plus ren­table. Le Fran­çais, qui s’était ré­joui de ré­cu­pé­rer la si­gna­li­sa­tion de Ge­ne­ral Elec­tric lors de la vente d’Al­stom Ener­gie en 2014, va voir ce pôle re­grou­pé sous la hou­lette de l’al­le­mand. Cette en­ti­té au­ra son siège à Ber­lin, mais le nou­veau Sie­mens-Al­stom se­ra une so­cié­té de droit fran­çais co­tée à Pa­ris. Une pe­tite conso­la­tion pour Ber­cy, qui in­quiète néan­moins les sa­la­riés car le groupe al­le­mand va dé­te­nir la ma­jo­ri­té du ca­pi­tal et des sièges au con­seil d’ad­mi­nis­tra­tion. Dans « l’Air­bus du fer­ro­viaire » van­té par les pou­voirs pu­blics, l’aigle pè­se­ra beau­coup plus lourd que le coq. Le poids de Sie­mens ap­porte tou­te­fois l’au­ra de Deut­schland AG, un pas­se­port plus im­pres­sion­nant vis-à-vis des au­to­ri­tés chi­noises.

Si CRRC at­teint ses ob­jec­tifs sur tous ses mar­chés, le vieux con­tinent pour­rait re­pré­sen­ter 36 % de ses re­ve­nus in­ter­na­tio­naux en 2020

SIPA PRESS

Un train ICE construit par Sie­mens, en cours de main­te­nance dans un han­gar ber­li­nois.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.