Si­byle Veil à Ra­dio France, une pré­si­dente de sta­bi­li­té

Sa no­mi­na­tion porte à trois le nombre de femmes qui pré­sident des en­tre­prises de l’au­dio­vi­suel pu­blic

L'Opinion - - Macron Se Place Au Centre Du Village - Cyril Lacar­rière @cy_­la­car­riere

Deux mois après avoir ré­vo­qué le man­dat de Ma­thieu Gal­let pour cause de condam­na­tion ju­di­ciaire, le Con­seil su­pé­rieur de l’au­dio­vi­suel a choi­si sa suc­ces­seur. Après l’au­di­tion de six can­di­dats, c’est sans sur­prise la fa­vo­rite qui rem­porte cette cam­pagne ex­presse. Si­byle Veil tra­vaillait aux cô­tés de l’an­cien pré­sident de Ra­dio France de­puis sep­tembre 2015, elle y était en charge des opé­ra­tions et des fi­nances. LA SUR­PRISE, c’est qu’il n’y a pas eu de sur­prise. A 41 ans, Si­byle Veil ac­cède pour la pre­mière fois de sa jeune car­rière à un poste de nu­mé­ro 1. Les cinq membres du CSA – Oli­vier Schra­meck, le pré­sident, et Ca­role Bie­nai­mé-Besse sont ab­sents pour rai­son de san­té –, qui s’étaient don­né jus­qu’au 14 avril pour nom­mer le nou­veau pré­sident de Ra­dio France, au­ront fi­na­le­ment vite dé­li­bé­ré en fa­veur de celle qui fut conseillère de Nicolas Sar­ko­zy du temps où il était à l’Ely­sée.

Il faut croire que la suc­ces­sion de Ma­thieu Gal­let po­sait une sé­rie de ques­tions qui ont pous­sé les membres du CSA à ne pas ten­ter un coup mé­dia­tique qui au­rait pu fra­gi­li­ser l’en­tre­prise. Alors que l’au­dio­vi­suel pu­blic est ap­pe­lé à être lar­ge­ment ré­for­mé au cours des pro­chains mois, se­lon la vo­lon­té pré­si­den­tielle, bon nombre de sa­la­riés de Ra­dio France ne ca­chaient pas leur in­quié­tude en cas de chan­ge­ment de gou­ver­nance. En choi­sis­sant la sta­bi­li­té, le Con­seil au­ra au moins apai­sé le fris­son qui pou­vait par­cou­rir les cou­loirs de la Mai­son ronde.

Im­pos­sible éga­le­ment de ne pas voir dans ce choix une marque de bonne vo­lon­té du ré­gu­la­teur vis-à-vis du pou­voir politique. Si­byle Veil, no­nobs­tant les qua­li­tés que pou­vait pré­sen­ter sa can­di­da­ture, fait par­tie de la dé­sor­mais fa­meuse pro­mo­tion Sen­ghor, celle d’Em­ma­nuel Ma­cron, res­té proche de Sé­bas­tien Veil, éga­le­ment ren­con­tré sur les bancs de l’ENA et époux de la nou­velle pré­si­dente de Ra­dio France.

Trai­te­ment de fa­veur. Si à la dif­fé­rence de Fran­çois Hol­lande, le chef de l’Etat se garde bien d’ac­cor­der un trai­te­ment de fa­veur trop os­ten­ta­toire à ses ex-ca­ma­rades, « le cas de Si­byle Veil s’est im­po­sé sans qu’il ait be­soin de le­ver le pe­tit doigt », s’amuse un proche du dos­sier. Après la no­mi­na­tion de Ber­trand De­lais à la tête de LCP, voi­ci donc une deuxième per­son­na­li­té ré­pu­tée proche d’Em­ma­nuel Ma­cron à la tête d’un mé­dia pu­blic. De là à y voir une re­prise en main du politique sur l’au­dio­vi­suel…

Il au­rait pour­tant pu y avoir match. Si les deux pre­miers can­di­dats au­di­tion­nés, Fran­çois Des­noyers et Guillaume Klos­sa, n’ont pas sus­ci­té d’in­té­rêt par­ti­cu­lier, la sur­prise est ve­nue ce jeu­di ma­tin de la pré­sen­ta­tion de Christophe Tar­dieu. L’ac­tuel di­rec­teur gé­né­ral du CNC a in­con­tes­ta­ble­ment réus­si la pres­ta­tion la plus abou­tie des six im­pé­trants, dé­voi­lant une vi­sion an­crée dans le fu­tur de Ra­dio France tout en contraste avec un pro­jet stra­té­gique in­abou­ti, comme il le confes­sait d’ailleurs lui-même entre les lignes dans son ex­po­sé écrit. En in­sis­tant sur la fran­co­pho­nie, l’édu­ca­tion aux mé­dias, l’ac­cès à la ra­dio pour les plus jeunes et en s’en­ga­geant à ne pas fu­sion­ner les ré­dac­tions des sept antennes du groupe pu­blic, Christophe Tar­dieu a fait va­loir des axes de dif­fé­ren­cia­tion. Pas­sé par le ca­bi­net de Ch­ris­tine Al­ba­nel à la Culture, l’Opé­ra de Pa­ris et le châ­teau de Ver­sailles, le haut fonc­tion­naire de 53 ans pré­sen­tait des atouts sé­rieux, mais pas au point de dé­jouer les pro­nos­tics.

L’au­dio­vi­suel pu­blic n’au­ra ja­mais pré­sen­té au­tant de vi­sages fé­mi­nins par­mi ses di­ri­geants. Aux cô­tés de Laurent Val­let qui pré­side l’INA, trois femmes di­rigent ac­tuel­le­ment les prin­ci­pales en­tre­prises du sec­teur : Del­phine Er­notte à France Té­lé­vi­sions, Vé­ro­nique Cay­la à Arte, Si­byle Veil à Ra­dio France. Elles se­ront quatre la se­maine pro­chaine si, comme il l’est pro­bable, Ma­rie-Ch­ris­tine Sa­ra­gosse est re­con­duite à la tête de France Mé­dias Monde après l’an­nu­la­tion de son man­dat pour une er­reur ad­mi­nis­tra­tive. Les temps changent.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.