Comment l’Ita­lie a bas­cu­lé dans la « po­pu­lo­cra­tie »

Le po­li­to­logue Il­vo Dia­man­ti ana­lyse les ra­cines du vote aux lé­gis­la­tives de mars qui a vu triom­pher les for­ma­tions an­ti­sys­tème

L'Opinion - - La Une - Fran­ces­co Ma­sel­li

La po­li­to­logue Il­vo Dia­man­ti ana­lyse le vote aux lé­gis­la­tives de mars qui ont vu triom­pher les « an­ti-sys­tème »

Le pré­sident ita­lien a consta­té ven­dre­di l’échec de sa deuxième sé­rie de consul­ta­tions avec les chefs des par­tis en vue de for­mer un gou­ver­ne­ment, après les lé­gis­la­tives du 4 mars qui n’ont dé­ga­gé au­cune ma­jo­ri­té. Ser­gio Mat­ta­rel­la a an­non­cé qu’il at­ten­drait quelques jours avant de se pen­cher sur les me­sures à prendre pour sor­tir de l’im­passe. Il pour­rait char­ger une per­son­na­li­té in­dé­pen­dante d’une mé­dia­tion ou de­man­der soit au di­ri­geant du Mou­ve­ment cinq étoiles (M5S), Lui­gi Di Maio, soit à ce­lui de la Ligue, Mat­teo Sal­vi­ni, de ten­ter de for­mer un gou­ver­ne­ment. LE RÉ­SUL­TAT DU VOTE aux lé­gis­la­tives ita­liennes du 4 mars der­nier n’était pas tout à fait im­pré­vi­sible. Il n’em­pêche, la mon­tée consi­dé­rable des par­tis po­pu­listes a en­gen­dré une pro­fonde in­quié­tude dans le reste de l’Eu­rope. Il­vo Dia­man­ti, pro­fes­seur de sciences po­li­tiques à l’Uni­ver­si­té d’Ur­bi­no, ex­plique que, pour com­prendre le vote ita­lien, il faut ne pas can­ton­ner le mot po­pu­liste au monde po­li­tique : « Que si­gni­fie “po­pu­liste” ou “an­ti­sys­tème” au­jourd’hui en Ita­lie ? Y a-t-il vrai­ment des par­tis non po­pu­listes ? Lais­sons de cô­té le Mou­ve­ment cinq étoiles et la Ligue de Sal­vi­ni : au centre gauche, Ren­zi le “rot­ta­ma­tore”, qui vou­lait dé­truire le monde d’avant, est-il réellement un pro­duit du sys­tème ? Et à droite, Ber­lus­co­ni, qui a presque in­ven­té le po­pu­lisme mo­derne en Ita­lie ? Je crois que la so­cié­té ita­lienne est dé­sor­mais pro­fon­dé­ment po­pu­liste. Si on ne part pas de ce constat, on n’a pas com­pris le mes­sage du 4 mars. »

Le raz- de- ma­rée des par­tis dé­ga­gistes était an­non­cé par les son­dages : chute du Par­ti dé­mo­crate à 18 %, ex­ploit du Mou­ve­ment cinq étoiles, à 33 %. Le seul bou­le­ver­se­ment est in­ter­ve­nu au sein de la coa­li­tion de la droite, où l’ex­trême droite de Mat­teo Sal­vi­ni est la pre­mière force po­li­tique, de­vant For­za Ita­lia de Sil­vio Ber­lus­co­ni : « La Ligue a dé­fi­ni­ti­ve­ment mu­té. Par­ti ré­gio­na­liste cri­tique du cen­tra­lisme sup­po­sé de Rome, elle est de­ve­nue une force na­tio­nale, pour­suit Il­vo Dia­man­ti. Je l’ap­pelle “Ligue na­tio­nale”, en fran­çais, pour sa res­sem­blance, d’ailleurs re­ven­di­quée, avec le Front na­tio­nal. Mais s’agit-il d’un par­ti an­ti­sys­tème ou d’un par­ti an­ti­sys­tème intégré au sys­tème ? La Ligue dé­tient la pré­si­dence de deux des ré­gions les plus pro­duc­tives (Lom­bar­die et Vé­né­tie) et par­ti­cipe au gou­ver­ne­ment de la Li­gu­rie avec For­za Ita­lia. »

L’idée que les der­nières élec­tions ont ac­té un chan­ge­ment ma­jeur dans la struc­ture po­li­tique du pays est ré­cur­rente dans l’ana­lyse d’Il­vo Dia­man­ti. Avec l’his­to­rien et so­cio­logue Marc La­zar, il vient de pu­blier un es­sai, Po­po­lo­cra­zia, La me­ta­mor­fo­si delle nostre de­mo­cra­zie, qui dé­crit le chan­ge­ment de pa­ra­digme des dé­mo­cra­ties oc­ci­den­tales, com­pa­rant le cas ita­lien aux pays de l’Eu­rope de l’Est, à la France et à l’Al­le­magne.

Aux yeux du po­li­to­logue ita­lien, « la “po­pu­lo­cra­tie” est une mé­ta­mor­phose, le po­pu­lisme est en­tré dans la gram­maire et la syn­taxe de la dé­mo­cra­tie. On ne peut plus par­ler de par­ti po­pu­liste, car la lo­gique de la nou­velle compétition élec­to­rale pré­sup­pose dé­jà le po­pu­lisme. Avant on avait une dose de po­pu­lisme mais on vo­tait par ap­par­te­nance presque comme on croit. Au­jourd’hui, on uti­lise le vote comme une dé­cla­ra­tion de guerre ».

Pour Dia­man­ti, c’est le grand bou­le­ver­se­ment de la dé­mo­cra­tie ita­lienne. L’Ita­lie a vo­té de la même ma­nière des an­nées 1950 aux lé­gis­la­tives de 2008 : les par­tis, comme la classe po­li­tique, ont certes chan­gé, mais la di­vi­sion en « trois Ita­lie » qui vo­taient se­lon des sché­mas ré­gio­naux clai­re­ment dé­fi­nis de­meu­rait. Dans le nord-ouest et dans les grandes villes, le vote était très équi­li­bré, entre le Par­ti com­mu­niste et la Dé­mo­cra­tie chré­tienne, puis entre Ber­lus­co­ni et le centre gauche. Dans le Sud, le vote était très mar­qué par le clien­té­lisme, en fa­veur de la Dé­mo­cra­tie chré­tienne puis de Ber­lus­co­ni.

Le Mur d’Ar­core. Ailleurs, le vote par ap­par­te­nance était pré­do­mi­nant : le nord- est vo­tait ma­jo­ri­tai­re­ment pour la Dé­mo­cra­tie chré­tienne et en­suite pour la Ligue du nord ; le centre du pays pour les com­mu­nistes et en­suite pour le centre gauche : « La po­li­tique ita­lienne, jus­qu’à 2013, était en­core struc­tu­rée par le Mur de Ber­lin. Ber­lus­co­ni main­te­nait en vie l’op­po­si­tion aux com­mu­nistes en éri­geant une sorte de fan­tas­ma­tique Mur d’Ar­core, du nom de la lo­ca­li­té où il a sa ré­si­dence prin­ci­pale », pour­suit l’uni­ver­si­taire.

Quelle est donc la rup­ture des der­nières an­nées ? « Le phé­no­mène com­mence en 2013 et ex­plose en 2018 : le vote se na­tio­na­lise comme ja­mais et le Mou­ve­ment cinq étoiles s’im­pose. C’est un par­ti qui croit au mythe de la dé­mo­cra­tie di­recte et à tra­vers In­ter­net, une dé­mo­cra­tie de la mé­fiance en­vers les ins­ti­tu­tions… jus­qu’à cette contra­dic­tion : les élus du Mou­ve­ment sont au­jourd’hui à l’in­té­rieur du sys­tème de dé­mo­cra­tie re­pré­sen­ta­tive et doivent res­pec­ter les règles du jeu. Les voi­ci contraints à pro­po­ser des al­liances de coa­li­tion à la Ligue ou au Par­ti dé­mo­crate, une pra­tique po­li­tique qu’ils ont tou­jours dé­non­cée. Un pa­ra­doxe, conclut Il­vo Dia­man­ti, qui montre que le sys­tème re­pré­sen­ta­tif tient, pour l’ins­tant.

« On ne peut plus par­ler de par­ti po­pu­liste, car la lo­gique de la nou­velle compétition élec­to­rale pré­sup­pose dé­jà le po­pu­lisme »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.