Le pré­sident de Mont­pel­lier 3 en ap­pelle à l’Etat

L'Opinion - - Europe : Macron Marche Seul -

APRÈS L’UNI­VER­SI­TÉ DE NANTERRE et la fa­cul­té pa­ri­sienne de Tol­biac, c’est au tour du pré­sident de l’uni­ver­si­té Paul-Va­lé­ry Mont­pel­lier 3 d’en ap­pe­ler à l’Etat pour ré­ta­blir l’ordre dans son éta­blis­se­ment. Dans un com­mu­ni­qué pu­blié lun­di, Pa­trick Gilli in­dique avoir dé­po­sé « dès le mi­lieu de la se­maine der­nière » un ré­fé­ré de­vant le tri­bu­nal ad­mi­nis­tra­tif pour de­man­der le re­cours aux forces de l’ordre. Or la si­tua­tion sur le cam­pus s’est dé­gra­dée au cours du week-end, no­tam­ment après la ma­ni­fes­ta­tion de sa­me­di qui s’est sol­dée par de vio­lents af­fron­te­ments avec les forces de l’ordre dans le centre- ville de Mont­pel­lier. « Des étu­diants et des élé­ments ex­té­rieurs se sont in­tro­duits » dans l’uni­ver­si­té, écrit Pa­trick Gilli, mal­gré la fer­me­ture pré­ven­tive du cam­pus. L’oc­cu­pa­tion a per­du­ré di­manche et une par­tie du per­son­nel a été in­vi­tée à ne pas ve­nir tra­vailler lun­di en rai­son des « risques de vio­lence ». L’or­ga­ni­sa­tion d’exa­mens à dis­tance semble éga­le­ment com­pro­mise puisque la salle hé­ber­geant les ser­veurs in­for­ma­tiques de l’uni­ver­si­té a été van­da­li­sée la se­maine der­nière. « Nous sommes dé­sor­mais bien loin de la re­ven­di­ca­tion contre une loi de l’en­sei­gne­ment su­pé­rieur », es­time Pa­trick Gilli.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.