« Quatre fois moins d’ar­gent pu­blic dé­pen­sé par em­ploi ac­com­pa­gné en Ile-de-France »

Est di­rec­teur sor­tant de l’agence Pa­ris Ré­gion En­tre­prises, char­gée d’at­ti­rer les in­ves­tis­seurs

L'Opinion - - Syndicats : Le Déclin S’accélère - Ro­bin Ri­va­ton In­ter­view Jade Gran­din de l'Epre­vier @Ja­deG­ran­din

L’agence Pa­ris Ré­gion En­tre­prises doit pu­blier jeudi son rap­port an­nuel. Nom­mé par la pré­si­dente de la ré­gion, Va­lé­rie Pé­cresse à la tête de l’or­ga­nisme il y a deux ans, son di­rec­teur gé­né­ral en donne les grandes lignes en avant- pre­mière à l’Opi­nion. IS­SUE DE LA FU­SION, en juillet 2014, de l’Agence ré­gio­nale de dé­ve­lop­pe­ment et du Centre fran­ci­lien de l’in­no­va­tion, l’agence Pa­ris Ré­gion En­tre­prises est char­gée d’at­ti­rer les in­ves­tis­seurs en Ile-de-France. Ro­bin Ri­va­ton, son di­rec­teur gé­né­ral de­puis deux ans, passe la main à Lio­nel Grot­to. A cette oc­ca­sion, il dresse le bi­lan de son man­dat.

Comment avez-vous tra­vaillé sur l’at­trac­ti­vi­té de la ré­gion ?

Nous nous sommes ins­pi­rés de Londres qui a ré­écrit son sto­ry tel­ling de­puis les an­nées 1980. Nous avons tra­vaillé sur les classements que nous avions dé­lais­sés. Nous avons re­pris la marque Pa­ris Re­gion, que nous es­sayons de trans­for­mer en marque om­brelle au­près des col­lec­ti­vi­tés et ins­ti­tu­tions in­fra-ré­gio­nales. Nous ca­pi­ta­li­sons aus­si sur le vo­let start-up et in­no­va­tion.

Quelle a été la per­for­mance de Pa­ris Re­gions En­tre­prises ?

Le nombre d’im­plan­ta­tions en Ile-de-France est pas­sé de 340 à 416 entre 2015 et 2017, dont 198 dos­siers que nous avons ac­com­pa­gnés et 86 où nous sommes nous-mêmes al­lés cher­cher les in­ves­tis­seurs. Grâce à nos ef­forts de l’an­née der­nière, 2 900 nou­veaux em­plois se­ront créés en Ile-de-France dans les trois pro­chaines an­nées. Le tout avec un bud­get pas­sé de 17,7 à 11,8 mil­lions d’eu­ros entre 2015 et 2017. Je me suis at­ta­ché à me­su­rer l’ar­gent pu­blic dé­pen­sé pour chaque em­ploi ac­com­pa­gné : en trois ans, le mon­tant est pas­sé de 15 700 à 4 100 eu­ros.

Comment avez-vous pro­cé­dé ?

Nous avons uti­li­sé les ou­tils clas­siques du monde des en­tre­prises, en me­nant une ré­or­ga­ni­sa­tion pous­sée avec un plan de sau­ve­garde de l’em­ploi dont un vo­let de dé­parts vo­lon­taires (qui a coû­té en­vi­ron 2 mil­lions d’eu­ros). Nous sommes pas­sés de 103 à 66 sa­la­riés en deux ans. L’or­ga­ni­sa­tion très com­plexe des équipes a été re­vue, pour se re­cen­trer sur un seul ob­jec­tif : le nombre de pro­jets im­plan­tés. Cer­taines mis­sions ont ain­si été aban­don­nées, comme l’ac­com­pa­gne­ment des PME d’Ile- de-France sur l’in­no­va­tion, où nous étions en concur­rence avec les pôles de com­pé­ti­ti­vi­té. Nous avons aus­si sup­pri­mé le che­vau­che­ment avec la Chambre de com­merce de Pa­ris-Ile-de-France. Ce­la a li­bé­ré des res­sources, à la fois pour trai­ter 100 % des dos- siers qui nous sont en­voyés par Bu­si­ness France, contre 70 % au­pa­ra­vant, et ren­for­cer l’équipe de pros­pec­tion. En­fin, des ou­tils clas­siques : di­vi­sion par deux des sur­faces oc­cu­pées, re­né­go­cia­tion de tous les contrats four­nis­seurs. Nous avions des marges de pro­gres­sion par rap­port à la sphère pri­vée.

Quels en­sei­gne­ments ti­rez-vous de cette ra­tio­na­li­sa­tion ?

J’avais écrit un ou­vrage dé­dié à la mé­thode de ré­forme en 2016, Aux actes di­ri­geants !. C’est tou­jours sous pres­sion (ici la baisse des sub­ven­tions, le Brexit) que l’on peut faire pas­ser des ré­formes struc­tu­relles. Les sa­la­riés ont re­con­nu que ce contexte n’était pas de mon fait. En outre, la cla­ri­fi­ca­tion était at­ten­due. C’est un pro­blème ré­cur­rent dans l’ad­mi­nis­tra­tion : on passe les dé­penses au ra­bot, mais les mis­sions et les struc­tures restent les mêmes. Beau­coup de sa­la­riés n’étaient pas heu­reux. Ce­la va­lide l’idée d’Edouard Phi­lippe et de Gé­rald Darmanin de tes­ter un plan de dé­part vo­lon­taire dans la fonc­tion pu­blique. Un autre bon exemple d’en­ti­té pa­ra­pu­blique in­no­vante est le gui­chet unique « Choose Pa­ris Re­gion » dé­dié aux in­ves­tis­seurs ve­nus suite au Brexit. Nous l’avons mis en place en trois mois à l’été 2016, avec le ca­bi­net du Pre­mier mi­nistre. Il n’a ni bud­get, ni en­ti­té ju­ri­dique, c’est très agile. Quinze im­plan­ta­tions ont dé­jà été ac­com­pa­gnées, pour 50 en­tre­prises sui­vies.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.