Re­dres­ser le com­merce ex­té­rieur des Etats-Unis : une ques­tion de sé­cu­ri­té

L'Opinion - - Syndicats : Le Déclin S’accélère - An­toine Bru­net

DE­PUIS QUE L’AD­MI­NIS­TRA­TION TRUMP a an­non­cé en fé­vrier 2018 de pre­mières me­sures de pro­tec­tion doua­nière, elle in­voque la ques­tion de la sé­cu­ri­té des Etats-Unis. En re­tour, Pé­kin ac­cuse les Etats Unis d’en­freindre dé­li­bé­ré­ment les règles contrac­tuelles de l’Or­ga­ni­sa­tion mon­diale du com­merce (OMC) et an­nonce dé­jà un re­cours. Pour­tant, les règles de l’OMC pré­voient que, lorsque sa sé­cu­ri­té se trouve me­na­cée par un dés­équi­libre trop im­por­tant de son com­merce ex­té­rieur, un pays soit au­to­ri­sé à éta­blir des pro­tec­tions doua­nières.

En quoi le dé­fi­cit com­mer­cial amé­ri­cain in­tro­dui­rait-il donc un pro­blème de sé­cu­ri­té pour les Etats-Unis ? Le com­merce ex­té­rieur mon­dial est un jeu à somme nulle. Les dé­fi­cits des uns re­flètent les ex­cé­dents des autres. Or, l’ex­pé­rience en­seigne que cer­tains pays ins­crivent des ex­cé­dents à ré­pé­ti­tion (Chine, Al­le­magne, Suisse, Ja­pon, Co­rée du sud…) tan­dis que d’autres su­bissent des dé­fi­cits à ré­pé­ti­tion (Etats-Unis, Royaume Uni, France, Ita­lie, Es­pagne…).

His­to­ri­que­ment, les ex­cé­dents com­mer­ciaux ré­pé­tés sont por­teurs de pros­pé­ri­té éco­no­mique et de puis­sance géo­po­li­tique tan­dis que les dé­fi­cits ré­pé­tés in­duisent stag­na­tion éco­no­mique et af­fai­blis­se­ment géo­po­li­tique. Quand les Etats-Unis s’ins­tallent dans un dé­fi­cit an­nuel glo­bal de 815 mil­liards de dol­lars (cu­mu­lé au cours des douze der­niers mois) tan­dis que la Chine af­fiche un ex­cé­dent an­nuel de 450 mil­liards de dol­lars, il sur­git donc un pé­ril évident pour la sur­vie géo­po­li­tique des Etats-Unis face à la Chine.

Pri­vi­lège exor­bi­tant. Quand par ailleurs, les Etats Unis constatent que leurs im­por­ta­tions en pro­ve­nance de Chine sont le qua­druple de leurs ex­por­ta­tions vers ce pays et que Pé­kin contri­bue à lui seul pour 386 mil­liards à leur dé­fi­cit com­mer­cial, ils en concluent lo­gi­que­ment qu’il leur faut main- te­nant re­dres­ser for­te­ment leurs échanges avec la Chine.

Comment faire ? La Chine a ob­te­nu en 2001 le pri­vi­lège exor­bi­tant d’adhé­rer à l’OMC (ce qui con­crè­te­ment re­ti­rait aux autres pays le droit de se pro­té­ger du made in Chi­na par des me­sures doua­nières) alors même qu’elle ne sous­cri­vait au­cun en­ga­ge­ment, ni quant au fonc­tion­ne­ment de son mar­ché du tra­vail, ni quant au fonc­tion­ne­ment du cours du yuan. Mu­nie de ce pri­vi­lège, la Chine a alors mis en place une stra­té­gie to­ta­le­ment an­ti-co­opé­ra­tive qui est contraire à l’es­prit de l’OMC.

Elle a main­te­nu une sur­ex­ploi­ta­tion consi­dé­rable des ou­vriers de l’in­dus­trie ma­nu­fac­tu­rière – qui ,pour la plu­part, viennent de pro­vinces in­té­rieures et qu’elle main­tient dans l’illé­ga­li­té en leur re­fu­sant le cer­ti­fi­cat de ré­si­dence (hu­kou) . Par des in­ter­ven­tions ré­pé­tées sur le mar­ché de changes, sa banque cen­trale main­tient le yuan très for­te­ment sous-éva­lué (en­vi­ron 6,30 yuan pour 1 $ quand la pa­ri­té de pou­voir d’achat est 3,50 yuan se­lon le FMI, soit une sous-éva­lua­tion du yuan de 46%).

Grâce à tout ce­la, se­lon le Con­fe­rence Board amé­ri­cain, en 2013 (der­nier chiffre pu­blié), le coût sa­la­rial ou­vrier ho­raire en Chine ne re­pré­sen­tait que 11,3% de ce­lui aux Etats Unis (2,1% en 2002). Cette sur-com­pé­ti­ti­vi­té sa­la­riale en fa­veur de la Chine dé­sta­bi­lise le com­merce ex­té­rieur des Etats Unis (et ex­plique leur dés­in­dus­tria­li­sa­tion).

Puisque la Chine fait obs­truc­tion, tant à un ajus­te­ment sa­la­rial qu’à un ajus­te­ment par le yuan, les Etats-Unis, sou­cieux d’as­su­rer leur sé­cu­ri­té, sont alors ame­nés à em­prun­ter la seule voie qui leur reste dis­po­nible, celle de me­sures doua­nières à l’en­contre des pro­duits made in Chi­na. An­toine Bru­net est an­cien chief mar­ket eco­no­mist de HSBC France, pré­sident de AB Mar­chés, co­au­teur de La vi­sée

hégémonique de la Chine (2011).

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.