Pour son iti­né­rance, Ma­cron met les pe­tits plats dans les grands

Avant son dé­pla­ce­ment dans le Grand Est et les Hauts-de-France, le Pré­sident a re­çu lors de deux re­pas des élus de ces ré­gions

L'Opinion - - Donald Trump, What Else ? - Lu­do­vic Vi­gogne t @LVi­gogne

Du 4 au 9 no­vembre, Em­ma­nuel Ma­cron se­ra dans le Grand Est puis dans les Hauts-de-France à l’oc­ca­sion du cen­te­naire de l’ar­mis­tice de 1918, mais aus­si pour prendre le pouls des Fran­çais. A cette oc­ca­sion, il vi­si­te­ra onze dé­par­te­ments et dix-sept villes. Le 7 no­vembre, le con­seil des mi­nistres se dé­rou­le­ra à Char­le­ville-Mé­zières. C’EST UNE ÉTAPE IM­POR­TANTE de sa ten­ta­tive de re­con­quête de l’opi­nion. Du di­manche 4 au vendre­di 9 no­vembre, Em­ma­nuel Ma­cron se­ra dans le Grand Est et les Hauts-de-France. A cette oc­ca­sion, le chef de l’Etat tra­ver­se­ra onze dé­par­te­ments, s’ar­rê­te­ra dans dix-sept villes de toute taille (Stras­bourg, Mo­rhange, Pont-àMous­son, Reims, Ro­zoy-sur-Serre, Lens, Al­bert, Pé­ronne...). Cette « iti­né­rance », se­lon le vo­ca­bu­laire ély­séen usi­té, au­ra une vo­ca­tion mé­mo­rielle à l’oc­ca­sion du cen­te­naire de l’ar­mis­tice de 1918. Elle per­met­tra aus­si au Pré­sident d’al­ler à la ren­contre d’une France qui a beau­coup souf­fert, ces der­nières dé­cen­nies, de la dés­in­dus­tria­li­sa­tion et de la dé­ser­ti­fi­ca­tion ru­rale.

En pers­pec­tive de ce dé­pla­ce­ment au for­mat in­édit, Em­ma­nuel Ma­cron n’a né­gli­gé au­cun dé­tail. Le 16 oc­tobre, il a re­çu Jean Rott­ner, le pré­sident LR de la ré­gion Grand Est, et, trois jours plus tard, Xa­vier Ber­trand, le pré­sident des Hauts-de-France. Pour pré­pa­rer ce tour de France, le chef de l’Etat a aus­si soi­gné son tour de table. En dé­but de se­maine, deux grands dé­jeu­ners ont été or­ga­ni­sés à l’Ely­sée. Le 29 oc­tobre, une tren­taine d’élus du Grand Est étaient conviés. Le len­de­main, c’est presque une cin­quan­taine d’élus du Nord qui étaient pré­sents. Pour ces agapes, les choses ont été sa­vam­ment pen­sées. A la table d’hon­neur, ce sont des maires de com­munes pe­tites ou moyennes, plu­tôt sans éti­quettes, qui ont été ins­tal­lés au­tour d’Em­ma­nuel Ma­cron. C’est aus­si pour l’exé­cu­tif une oc­ca­sion de re­tis­ser un lien avec les élus lo­caux, sa grande prio­ri­té du mo­ment. Le Pre­mier mi­nistre est ins­tal­lé à la droite du chef de l’Etat, Jac­que­line Gou­rault, pro­mue mi­nistre de la Co­hé­sion des ter­ri­toires et des col­lec­ti­vi­tés ter­ri­to­riales, à sa gauche. Sé­bas­tien Le­cor­nu, mi­nistre au­près de cette der­nière, est à leurs cô­tés.

Dans la salle des Fêtes, d’autres tables ont été dres­sées. Elles sont or­ga­ni­sées par dé­par­te­ments. Au­tour d’elles ont pris place par­le­men­taires LREM et Mo­Dem et ré­fé­rents dé­par­te­men­taux du par­ti ma­cro­niste. Des con­seillers ély­séens les com­plètent. Le chef de l’Etat tient un pro­pos in­tro­duc­tif, sui­vi d’Edouard Phi­lippe. Puis la pa­role est don­née aux in­vi­tés. Elle est dis­tri­buée en prio­ri­té aux maires. C’est Sé­bas­tien Le­cor­nu qui joue les Mon­sieur Loyal.

Lun­di, avec les élus du Grand Est, un su­jet d’ac­tua­li­té s’im­pose d’em­blée. Après le dé­jeu­ner, dé­par­te­ments du Bas-Rhin et du Haut-Rhin of­fi­cia­li­se­ront à Ma­ti­gnon la créa­tion d’une « col­lec­ti­vi­té eu­ro­péenne d’Al­sace », dans la­quelle ils se fon­dront en 2021. C’est un pro­fond chan­ge­ment : des com­pé­tences de la ré­gion vont lui être trans­fé­rées. Ce­la pro­voque quelques in­quié­tudes (la dé­pu­tée LREM de la Marne Aï­na Ku­ric les sou­lève à haute voix), alors que l’at­trac­ti­vi­té de la ré­gion penche dé­jà beau­coup à l’Est.

« Cou­lon­neux ». On évoque aus­si la fer­me­ture de la cen­trale de Fes­sen­heim, le pro­jet d’en­fouis­se­ment des dé­chets nu­cléaires à Bure, le désen­ga­ge­ment SNCF qui ne cesse de ré­duire le nombre de ses trains...Co­lette Mac­quart, maire de Cham­bre­cy, vil­lage de la Marne de 140 ha­bi­tants, in­ter­roge le gou­ver­ne­ment sur la cou­ver­ture nu­mé­rique des ter­ri­toires ru­raux.

Le len­de­main, ce sont les maires de Noyon (Oise), d’Arques et Es­coeuilles (Pas-de-Ca­lais), de Dra­ve­gny (Aisne)... qui en­tourent le chef de l’Etat. Le pré­sident du con­seil dé­par­te­men­tal de l’Aisne, Ni­co­las Fri­co­teaux, est aus­si là. Cette fois en­core, les dos­siers sont très concrets : As­co­val et le tis­su in­dus­triel ré­gio­nal, le RSA et la pau­vre­té, les fis­sures pro­vo­quées par la sé­che­resse dans des ha­bi­ta­tions si­tuées dans des com­munes au sud ouest de Lille...On parle des meur­tris­sures de 1914-1918 qui conti­nuent d’être res­sen­ties for­te­ment dans les Hauts-de-France. Dé­pu­té LREM de la 3e cir­cons­crip­tion du Nord, Chris­tophe di Pom­peo rap­pelle à quel point sur ces ter­ri­toires, on a le sen­ti­ment d’être ou­blié et qu’à Mau­beuge, où Em­ma­nuel Ma­cron se­ra le 8 no­vembre, au­cun pré­sident de la Ré­pu­blique n’est ve­nu de­puis De Gaulle en 1959.

Le dé­jeu­ner se ter­mi­ne­ra peu avant 16 heures. Dès 14 h 40, Edouard Phi­lippe a dit un pe­tit mot avant de s’éclip­ser : la séance de ques­tions au gou­ver­ne­ment à l’As­sem­blée na­tio­nale l’at­tend. Jac­que­line Gou­rault le suit, tout comme Gé­rald Dar­ma­nin, convié en tant que lo­cal de l’étape. Le mi­nistre des Comptes Pu­blics, an­cien maire de Tour­coing, n’est pas ve­nu les mains vides. Ré­cem­ment, il a croi­sé un de ses ad­mi­nis­trés, pas­sion­né des courses de pi­geons voya­geurs, un « cou­lon­neux », comme on dit dans le Nord. Ce­lui-ci est un fan du chef de l’Etat. Il a donc re­bap­ti­sé son pi­geon le plus ra­pide, « Ma­cron ». Quand il pren­dra la pa­role, Gé­rald Dar­ma­nin ex­hi­be­ra la pho­to du volatile cham­pion...

JACQUES KRABAL - TWIT­TER

Sur son compte Twit­ter, le dé­pu­té LREM de l’Aisne Jacques Krabal a pos­té une pho­to prise avec Em­ma­nuel Ma­cron lors d’un dé­jeu­ner le 30 oc­tobre à l’Ely­sée.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.