Ma­cron, entre com­mé­mo­ra­tions et re­con­quête

Avant les cé­ré­mo­nies in­ter­na­tio­nales du 11 no­vembre à Pa­ris, le chef de l’Etat en­tre­prend une grande tour­née de six jours sur les lieux de la Pre­mière Guerre mon­diale

L'Opinion - - La Une - Jean-Do­mi­nique Mer­chet t @jdo­mer­chet

Le chef de l’Etat en­tre­prend une grande tour­née de six jours sur les lieux de la Pre­mière Guerre mon­diale

Du 4 au 10 no­vembre, le pré­sident de la Ré­pu­blique se ren­dra dans onze dé­par­te­ments des ré­gions Grand Est et Hauts-de-France. Di­manche 11 no­vembre, il ac­cueille­ra à Pa­ris en­vi­ron 80 dé­lé­ga­tions étran­gères, dont de nom­breux chefs d’Etats et de gou­ver­ne­ment pour le cen­te­naire de l’ar­mis­tice du 11 no­vembre 1918, puis il inau­gu­re­ra le pre­mier Fo­rum de Pa­ris sur la Paix, à la Villette. « ITI­NÉ­RANCE ». PRÉ­CIEUX au risque du ri­di­cule, le mot em­ployé par l’Ely­sée dé­signe le voyage of­fi­ciel que le chef de l’Etat en­tre­prend, ce di­manche 4 no­vembre, dans l’Est et le Nord de la France. D’une du­rée de six jours, ce se­ra, dit-on, le plus long dé­pla­ce­ment d’un pré­sident de la Ré­pu­blique en pro­vince de­puis ceux qu’y ef­fec­tuait le gé­né­ral de Gaulle.

L’« iti­né­rance » ne concer­na pas que les lieux tra­ver­sés ; elle se­ra aus­si celle des thèmes abor­dés : « mé­mo­rielle », avec les com­mé­mo­ra­tions de la fin de la Pre­mière Guerre mon­diale, « ter­ri­to­riale » au tra­vers d’un fort ac­cent mis sur les ques­tions éco­no­miques et so­ciales dans des ré­gions en dif­fi­cul­té, in­ter­na­tio­nale en­fin, avec la pré­sence des di­ri­geants al­le­mands, bri­tan­niques et ma­liens.

Ces six jours ne se­ront que l’ou­ver­ture des com­mé­mo­ra­tions of­fi­cielles à Pa­ris de l’ar­mis­tice du 11 no­vembre 1918, aux­quelles en­vi­ron quatre-vingts Etats se­ront re­pré­sen­tés, souvent au ni­veau de leurs chefs d’Etat ou de gou­ver­ne­ment. On ver­ra ain­si, di­manche pro­chain, les pré­si­dents Trump et Pou­tine au­tour de l’Arc de Triomphe. L’après-mi­di du 11 ver­ra en­fin l’ou­ver­ture du pre­mier Fo­rum de Pa­ris sur la Paix (Pa­ris Peace Fo­rum), qui se dé­rou­le­ra du­rant trois jours à La Villette, une sorte de « Da­vos de la gou­ver­nance mon­diale » que la France sou­haite ré­édi­ter dé­sor­mais chaque an­née.

Pour un Em­ma­nuel Ma­cron au plus bas dans les son­dages, ces dix jours sont à la fois une op­por­tu­ni­té et un risque. L’op­por­tu­ni­té, c’est d’oc­cu­per le ter­rain mé­dia­tique, de re­prendre la main en dé­li­vrant des mes­sages po­li­tiques tous azi­muts. Une sorte de Blitz­krieg (guerre éclair) pour s’ex­traire de ce que l’on ap­pelle à l’Ely­sée « une sé­quence pas par­ti­cu­liè­re­ment heu­reuse ». Le risque, c’est qu’à trop vou­loir en faire et en dire « en même temps », le pro­pos ne soit fi­na­le­ment re­çu par l’opi­nion que sous une forme confuse et fi­lan­dreuse.

Pan­théo­ni­sa­tion. Ce qui jus­ti­fie cette sé­quence est la com­mé­mo­ra­tion du 11 no­vembre 1918, qui met fin au cycle du Cen­te­naire de la Pre­mière Guerre mon­diale. Le chef de l’Etat se ren­dra ain­si suc­ces­si­ve­ment à Stras­bourg (BasR­hin), sym­bole du re­tour à la France des « pro­vinces per­dues » d’Al­sace-Mo­selle ; à Mo­rhange (Mo­selle) pour un hom­mage aux sol­dats fran­çais tom­bés en août 2014 dans une grande ba­taille ; à Ver­dun et aux Eparges (Meuse), à Reims (Marne) où l’ac­cent se­ra mis sur le rôle des troupes co­lo­niales en pré­sence du pré­sident ma­lien Ibra­him Bou­ba­car Kei­ta ; à la Pierre d’Hau­droy (Ar­dennes), là où les plé­ni­po­ten­tiaires al­le­mands sont ve­nus le 7 no­vembre 1918 en­ta­mer les dis­cus­sions pré­li­mi­naires à l’ar­mis­tice ; à la Né­cro­pole de Notre-Dame de Lo­rette (Pas-de-Ca­lais) et son An­neau de la mé­moire où fi­gurent, mê­lés, les noms des com­bat­tants des deux camps ; à Thiep­val (Somme), lieu de mé­moire fran­co-bri­tan­nique en pré­sence de la Pre­mière mi­nistre, The­re­sa May ; à l’His­to­rial de Pé­ronne (Somme), un mu­sée qui a contri­bué à re­nou­ve­ler la vi­sion de la guerre et en­fin à Com­piègne (Oise) pour une cé­ré­mo­nie fran­co-al­le­mande à la « Clai­rière de l’Ar­mis­tice » aux cô­tés d’An­ge­la Mer­kel.

Ce lieu, avec son cé­lèbre wa­gon, est le sym­bole des guerres entre les deux pays : en 1918, les Al­le­mands y signent l’ar­mis­tice, puis ce se­ra le tour de la France d’y faire de même le 22 juin 1940… Lors de son pas­sage aux Epargnes, Em­ma­nuel Ma­cron pour­rait évo­quer le pro­jet, ré­vé­lé par Le Fi­ga­ro, d’une « pan­théo­ni­sa­tion au­tour de la fi­gure de Mau­rice Ge­ne­voix ». Se­lon nos in­for­ma­tions, il ne s’agit pas de faire en­trer au Pan­théon le grand écri­vain quelque peu ou­blié mais sans doute, plus mo­des­te­ment, d’ins­tal­ler une plaque en hom­mage aux Poi­lus, « au­tour de la fi­gure », comme on dit à l’Ely­sée, de l’au­teur de Ceux de 14. La di­men­sion in­ter­na­tio­nale de l’« iti­né­rance mé­mo­rielle » se­ra im­por­tante, sans perdre de vue ses ré­so­nances ac­tuelles. Avec l’Al­le­magne, en­ne­mie d’hier et par­te­naire prio­ri­taire au­jourd’hui, elle se­ra double puisque, outre la chan­ce­lière à la Clai­rière de l’Ar­mis­tice, le pré­sident fé­dé­ral Frank-Wal­ter Stein­meier se­ra à Stras­bourg avec le Pré­sident Ma­cron. Grande al­liée d’hier, mais dé­sor­mais en plein di­vorce avec l’UE, la Grande-Bre­tagne n’est pas ou­bliée, tout comme l’Afrique, prio­ri­té de la di­plo­ma­tie fran­çaise, au tra­vers du pré­sident ma­lien IBK.

Large consen­sus na­tio­nal. Cette phase com­mé­mo­ra­tive se dé­roule dans un large consen­sus na­tio­nal, si ce n’est la grogne des généraux et d’as­so­cia­tions qui es­timent que l’on ne com­mé­more pas as­sez la « vic­toire » sur l’Al­le­magne. L’ins­ti­tu­tion mi­li­taire re­grette de ne pas être suf­fi­sam­ment ho­no­rée au tra­vers des huit ma­ré­chaux fran­çais de la Grande Guerre. In­sis­tant plus sur la fi­gure du Poi­lu que sur le rôle des of­fi­ciers d’ac­tive, la com­mé­mo­ra­tion of­fi­cielle et le chef de l’Etat n’ont pas vou­lu en­trer dans des po­lé­miques, no­tam­ment sur le ma­ré­chal Pé­tain. Une pe­tite cé­ré­mo­nie, entre mi­li­taires, se dé­rou­le­ra fi­na­le­ment aux In­va­lides.

Alors que le con­seil des mi­nistres se tien­dra mer­cre­di à Char­le­ville-Mé­zières (Ar­dennes), l’« iti­né­rance » du chef de l’Etat se­ra aus­si l’oc­ca­sion de dé­li­vrer des mes­sages de po­li­tiques éco­no­miques et so­ciales, alors que sa di­men­sion « ter­ri­to­riale » lui per­met­tra, es­père-t-il, de re­nouer plus avant avec les élus lo­caux. Il vi­si­te­ra ain­si une en­tre­prise de bio­chi­mie (No­va­sep) à Pom­pey, sym­bole de la re­con­ver­sion in­dus­trielle, par­ti­ci­pe­ra à un fo­rum éco­no­mique ré­gio­nal, se ren­dra dans un EPHAD, puis s’ex­pri­me­ra sur le plan pau­vre­té.

SIPA PRESS

Em­ma­nuel Ma­cron(ici à Hon­fleur, le 1er no­vembre) veut re­nouer le fil avec les Fran­çais.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.