Les bonnes nou­velles glissent, l’exas­pé­ra­tion de­meure

L'Opinion - - Gilets Jaunes : La Colère Par Procuration - Ra­phaël Le­gendre t @LEGENRA

CO­LÈRE, DÉ­FIANCE, BLO­CAGES… et pour­tant, ça va mieux. Après un pre­mier semestre de crois­sance zé­ro, l’In­see a confir­mé jeu­di le re­bond du PIB au troi­sième tri­mestre (+0,4 %). Une crois­sance ti­rée par le net re­bond de la consom­ma­tion (+0,4 % après -0,2 % au deuxième tri­mestre), au plus haut de­puis un an. Pas le moindre des pa­ra­doxes alors que les Gi­lets jaunes dé­filent pour leur pou­voir d’achat.

Si les blo­cages rou­tiers ne fi­nissent pas par por­ter un sé­rieux pré­ju­dice aux ventes de Noël comme alertent ac­tuel­le­ment les com­mer­çants (entre 40 % et 80 % de pertes de chiffre d’af­faires dans cer­tains sec­teurs comme le jouet ou l’équi­pe­ment de la per­sonne), cette dy­na­mique de­vrait per­du­rer. Car le pou­voir d’achat va pro­gres­ser en fin d’an­née, grâce à la se­conde baisse de co­ti­sa­tions so­ciales (-0,95 %), qui cu­mu­lée à la baisse de jan­vier (-2,2 %) équi­vaut à une aug­men­ta­tion du sa­laire net de 1,5 % une fois dé­duit la hausse de 1,7 point de la CSG. Une aug­men­ta­tion à la­quelle s’ajoutent trois mil­liards d’eu­ros de baisse de la taxe d’ha­bi­ta­tion pour 80 % des mé­nages. Au fi­nal, le pou­voir d’achat des Fran­çais de­vrait pro­gres­ser de 1,3 % cette an­née.

Re­cord fis­cal. Au vu de la co­lère qui tra­verse toutes les couches du pays – 8 Fran­çais sur 10 sou­tiennent les Gi­lets jaunes –, le dé­ca­lage entre la per­cep­tion des ci­toyens et la réa­li­té ma­croé­co­no­mique n’a ja­mais été aus­si béant. Et si les sta­tis­tiques de l’In­see sont im­puis­santes à cal­mer le ras-le-bol fis­cal des Fran­çais, elles l’ex­pliquent en re­vanche très bien. Eu­ro­stat, l’In­see eu­ro­péen, a in­di­qué mer­cre­di que la France était en 2017 le pays le plus taxé de l’Union eu­ro­péenne… pour la troi­sième an­née consé­cu­tive ! Mal­gré les 40 mil­liards de baisses de charges sur les en­tre­prises is­sues du CICE et du pacte de res­pon­sa­bi­li­té, mal­gré les trois baisses suc­ces­sives de l’im­pôt sur le re­ve­nu en fin de man­dat Hol­lande, la France est res­tée le pays le plus taxé d’Eu­rope.

Un trop-plein qui ne semble pas avoir tra­ver­sé les murs du Par­le­ment. Sur le seul mois de no­vembre, une de­mi-dou­zaine de taxes ont failli voir le jour… no­tam­ment à cause des élus Les Ré­pu­bli­cains (LR). La ma­jo­ri­té sé­na­to­riale a par exemple vo­té une hausse de 1,5 mil­liard d’eu­ros de taxes sur les com­plé­men­taires san­té (qui heu­reu­se­ment ne pas­se­ra pas l’exa­men de l’As­sem­blée) ; ou bien en­core une taxe sur les pro­duits ali­men­taires fai­sant ré­fé­rence à l’al­cool (sup­pri­mée cette se­maine à l’As­sem­blée). A l’As­sem­blée, Gé­rald Dar­ma­nin s’est op­po­sé à une pro­po­si­tion de la dé­pu­tée LR Vé­ro­nique Lou­wa­gie de taxer les li­vrai­sons de co­lis, mais a va­li­dé les 150 mil­lions de taxes sup­plé­men­taires pro­po­sées par l’an­cien pré­sident LR de la com­mis­sion des fi­nances, Gilles Car­rez, pour fi­nan­cer le Grand Pa­ris (aug­men­ta­tion de la taxe sé­jour et de la taxe sur les bu­reaux en Ile-deF­rance). Il a aus­si ac­cep­té le re­lè­ve­ment de la taxe Buf­fet sur les re­trans­mis­sions spor­tives à la té­lé­vi­sion pour fi­nan­cer le Centre na­tio­nal pour le dé­ve­lop­pe­ment du sport. On at­tend en­core sa dé­ci­sion sur le dur­cis­se­ment des taxes sur les co­mi­tés d’en­tre­prise et les chèques va­cances. Les si­gnaux d’alerte ont beau se mul­ti­plier, la créa­ti­vi­té fis­cale reste vi­vace.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.