Au pied des mon­tagnes, le main­tien

Gre­noble re­trouve l’élite un an après l’avoir quit­tée. Pas­sé par toutes les émo­tions pour par­ve­nir à ses fins en bar­rages, le FCG veut cette fois mettre tous les atouts de son cô­té pour se main­te­nir. Un ob­jec­tif qui re­pose sur la jeu­nesse de sa for­ma­tion,

L'Univers du Rugby - - Football Club De Grenoble Rugby -

En re­pre­nant l’as­cen­seur pour l’élite illi­co, Gre­noble ne saute pas com­plè­te­ment dans l’in­con­nu. L’équipe est forte d’une ex­cel­lente dy­na­mique. Les Isé­rois sont parvenus en ef­fet à se his­ser en Top 14 après une fin de sai­son riche en émo­tions. Les per­for­mances du groupe dans les phases fi­nales ai­de­ront sû­re­ment cette an­née, quand vien­dront les matches clés. La large vic­toire de Gre­noble en bar­rage face à Oyon­nax ( 47– 22) au Stade des Alpes est une bonne in­tro­duc­tion au Top 14 après une seule sai­son d’ab­sence. La dé­faite en fi­nale de Pro D2 contre Per­pi­gnan n’a pas lais­sé de traces. Après cinq sai­sons consé­cu­tives dans l’élite, les Isé­rois avaient re­bâ­ti l’été pas­sé, avec le plus gros bud­get de Pro D2 ( 13,4 mil­lions d’eu­ros) mais sans plu­sieurs joueurs- clés ( Ro­ry Grice, Xa­vier Mi­gnot, Jo­na­than Wisniewski, Hen­drik Roodt). Le ves­tiaire avait été pla­cé sous les ordres d’un nou­veau staff, for­mé de Sté­phane Glas ( ar­rières) et De­wald Se­ne­kal ( avants) et cha­peau­té par le di­rec­teur spor­tif Franck Cor­ri­hons. Mais les vraies fon­da­tions sur les­quelles s’est ap­puyé le FCG pour re­naître et donc re­mon­ter, c’est sa for­ma­tion, élue meilleure de France par la Ligue l’an der­nier. Les Ali Oz ( pi­lier), Etienne Four­cade ( ta­lon­neur), Mi­ckaël Ca­pel­li ( deuxième ligne), Li­lian Sa­se­ras ( de­mi de mê­lée) et Clé­ment Ge­lin ( centre) ont ga­gné en ma­tu­ri­té et ils ont été re­joints chez les grands par le pro­met­teur

« SI ON RE­GARDE LES STATS DE CES DEUX DER­NIÈRES SAI­SONS, IL Y A EF­FEC­TI­VE­MENT BEAU­COUP DE BOU­LOT À EF­FEC­TUER POUR QUE LE SEC­TEUR DE LA MÊ­LÉE REDEVIENNE UN POINT FORT » DE­WALD SE­NE­KAL, COACH DES AVANTS

Ki­lian Ge­ra­ci ( deuxième ligne) et l’ar­rière Gervais Cor­din. Cette sai­son, le bud­get de­vrait être por­té à 15 mil­lions d’eu­ros. Il n’était pas ques­tion de se trom­per dans le re­cru­te­ment, avec la mis­sion de se main­te­nir. Le staff pour­sui­vra l’aven­ture. Les com­pères Sté­phane Glas et De­wald Se­ne­kal ont dé­jà connu l’élite ( à la fois en tant que joueurs et en charge d’un groupe). Le pre­mier avait coa­ché trois sai­sons les ar­rières de Mont­pel­lier tan­dis que le se­cond a di­ri­gé les avants bayon­nais deux ans, dont un en Top 14. Une dou­zaine de joueurs en fin de contrat ( dont Ni­gel Hunt, So­na Tau­ma­lo­lo et Alas­ka Tau­fa) s’en sont al­lés mais une par­tie du re­cru­te­ment avait été an­ti­ci­pée. Si elle a été réa­li­sée dans une op­tique Pro D2 ( on pense à Ha­la­ni Au­li­ka, Clé­ment An­ce­ly, Ta­le­ta Tu­puo­la, Ju­nior Ra­seo­la, Théo Na­nette), les joueurs concer­nés mé­ritent d’être tes­tés et vus à l’étage su­pé­rieur. « Même si nous avons si­gné cer­tains élé­ments pour la Pro D2, nous avions tou­jours en pers­pec­tive le double pro­jet du Top 14, ex­plique ain­si Franck Cor­ri­hons. La mon­tée est ar­ri­vée, c’est dé­sor­mais à ces joueurs de sai­sir l’énorme op­por­tu­ni­té qui leur est of­ferte. Mais si on ne pen­sait pas qu’ils en sont ca­pables, on ne les au­rait pas re­cru­tés. »

Un ef­fort sur les pi­liers

Au ni­veau du re­cru­te­ment, l’ef­fort a por­té sur les pi­liers afin de re­trou­ver un sem­blant de sta­bi­li­té, l’équipe ayant souf­fert en Pro D2. Si les joueurs al­pins sont des­cen­dus en 2017 et ont failli ne pas re­mon­ter la sai­son der­nière, mal­gré le plus gros bud­get de la di­vi­sion, leur fai­blesse en mê­lée fer­mée n’y est pas étrangère. « Ce n’était pas notre point fort l’an­née pas­sée, même si j’en tire quelques sa­tis­fac­tions car nous avons lan­cé des jeunes qui ont ré­pon­du pré­sent dans un cham­pion­nat très dur dans ce do­maine. Après, si on re­garde les stats de ces deux der­nières sai­sons, il y a ef­fec­ti­ve­ment beau­coup de bou­lot à ef­fec­tuer pour que ce sec­teur redevienne un point fort » , ad­met­tait De­wald Se­ne­kal, coach des avants. Ali­so­na Tau­ma­lo­lo dé­cla­ré in­apte mé­di­ca­le­ment et l’em­blé­ma­tique Day­na Ed­wards par­ti à la re­traite, les Gre­no­blois ont en­re­gis­tré les ar­ri­vées de deux va­leurs sûres : l’an­cien Mont­pel­lié­rain Da­vit Ku­bria­sh­vi­li et l’ex- joueur de Sale Ha­la­ni Au­li­ka. Le ta­lon­neur bri­viste Mike Tad­jer est ve­nu rem­pla­cer Ar­naud Hé­guy, non pro­lon­gé, tan­dis que l’an­cien Bayon­nais Janse Van Rens­burg ar­rive pour oc­cu­per le poste de pi­lier gauche. Et c’est Jean- Noël Per­rin, char­gé des Cra­bos cham­pions de France la sai­son der­nière, qui s’oc­cu­pe­ra de ce poste clé cette an­née chez les pros. « On va com­men­cer le cham­pion­nat sur la pointe des pieds. On est un club qui monte et on va lut­ter pour se main­te­nir. Après, on n’est ja­mais à l’abri d’une bonne sur­prise. Dans un pre­mier temps, il s’agit de se battre pour le main­tien et d’es­sayer de sur­fer sur la bonne dy­na­mique de la fin de sai­son der­nière. Il faut im­pé­ra­ti­ve­ment réus­sir un bon dé­but d’exer­cice. Ce­la passe par deux gros mois de tra­vail. Il fau­dra at­ta­quer pied au plan­cher pour le dé­but du cham­pion­nat » , an­non­çait Gaë­tan Ger­main, ve­nu se re­lan­cer à Gre­noble après une sai­son ga­lère à Brive.

Lo­la­gi VISINIA

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.